Un village suisse préfère payer pour ne pas accueillir de réfugiés

(Le maire d'Oberwil-Lieli a fait campagne contre l'accueil de migrants dans sa commune ©MaxPPP)

Le petit village suisse d'Oberwil-Lieli va payer 260.000 euros d'amende pour ne pas accueillir de migrants sur son territoire. Les habitants ont fait ce choix lors d'un référendum au début du mois de mai : payer plutôt que d'accueillir 10 réfugiés.

Les habitants d'Oberwil-Lieli ne veulent pas accueillir de migrants, et ils sont prêts à payer 260.000 euros d'amende pour cela.

Ce petit village à l'Est de Zurich a des allures de carte postale. Commune calme au bord de l'eau, elle enregistre un taux de criminalité de 0%... et le maire d'extrême droite Andreas Glarner compte bien garder ce chiffre intact, car il fait un lien direct entre migration et agression.

C'est pour cela qu'il a fait campagne sur la peur du migrant lors d'un référendum organisé au mois de mai. Résultat : 52% des électeurs d'Oberwil-Lieli l'ont suivi : les 10 réfugiés imposés par le quota du gouvernement ne viendront pas ici.

2.200 habitants, 300 millionnaires

En échange, la commune doit verser 260.000 euros, et certains habitants sont prêts à mettre de leur poche. Il faut dire que sur les 2.200 habitants d'Oberwil-Lieli, 300 sont millionnaires... Une situation qui indigne Simone Dietzi Gull. Elle s'est battue pour que les migrants puissent venir dans son village. Aujourd'hui elle a honte : "On nous pose la question : est-ce que tu n'habites pas à Oberwil-Lieli ? Le maire a détruit la réputation du village. Beaucoup de personnes n’osent pas dire ce qu’elles ont voté. Il a vraiment réussi à partager le village en deux et à détruire quelque chose."

Les deux camps vont à nouveau s'affronter le 10 juin prochain : la commune doit voter le budget qui permettra de payer l'amende.