Ukraine : le président appelle au respect des lois

(Vasily Fedosenko Reuters)

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch est sorti de son silence lundi. Alors que les manifestants demandent toujours sa démission et occupent le siège du gouvernement, le chef de l'Etat a appelé ses adversaires à "respecter les lois de notre Etat". Le Premier ministre parle, lui, de "coup d'Etat". Le secrétaire général de l'Onu appelle officiellement "toutes les parties à la retenue".

Les premières
neiges tombent sur Kiev mais les manifestants restent motivés. Sur la place de
l'Indépendance, ils sont encore des milliers ce lundi pour demander la
démission du président Viktor Ianoukovitch. La mairie est occupée depuis dimanche et est devenue le "tribunal
révolutionnaire", tandis que la Maison des associations symbolise le
centre de la révolution.

A LIRE ►►► Ukraine :
les opposants font le siège du gouvernement

Pour la première fois depuis les débuts
des manifestations
, il y a quelques semaines, le
président Viktor Ianoukovitch s'est exprimé ce lundi. Il
a appelé ses adversaires à manifester uniquement de façon pacifique et exhorté
les protestataires comme les policiers à observer la loi. "Une mauvaise
paix vaut mieux qu'une bonne guerre
", a-t-il déclaré lors d'une interview
télévisée reprise sur son site Internet. "Tout le monde doit observer les
lois de notre Etat
", a ajouté le président ukrainien.

"Un coup d'Etat" pour le
Premier ministre

De son côté, le Premier ministre Mykola
Azarov, a dénoncé ces manifestations en faveur de l'intégration européenne. "Ce
qui se passe présente tous les signes d'un coup d'Etat. C'est une chose très sérieuse.
Nous faisons preuve de patience, mais nous voulons que nos partenaires ne
pensent pas que tout leur est permis
", a déclaré le chef du gouvernement.

Il a également souligné que les manifestations
étaient devenues "incontrôlables " leurs instigateurs utilisant des
"méthodes illégale s" pour renverser le pouvoir en place. Des
affrontements entre forces de l'ordre et manifestants
ont fait plusieurs blessés depuis le
début de la révolte.

A LIRE ►►► Manifestations en Ukraine : vers une
deuxième révolution orange ?

En signe d'apaisement, le président du Parlement a annoncé qu'il allait mettre au vote ce mardi une motion de défiance envers le gouvernement. 

"Plus un
pogrom qu'une révolution
" (Poutine)

Le président russe a également réagi et a
fustigé les manifestations. "Les événements en Ukraine ressemblent plus à
un pogrom qu'à une révolution
", a déclaré Vladimir Poutine lors d'une
visite en Arménie lundi. "Cela n'a pas grand chose à voir avec les relations de
l'Ukraine avec l'Union européenne
".

Il estime que "ces actions ont
été préparées de l'extérieur. Nous voyons comment des groupes bien organisés
sont impliqués
", et que "c'est une tentative de déstabilisation du
gouvernement légitime
". 

Appel au calme de Ban Ki-moon

Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'Onu, s'est exprimé pour la premier fois depuis le début manifestations en Ukraine. Il appelle "toutes les parties à agir avec retenue, à éviter toute nouvelle violence et à respecter les principes de liberté d'expression et de rassemblement pacifique ".

De son côté, la Maison blanche a jugé "inacceptable" la répression des manifestations. Le porte-parole du président Obama ajoute que les informations faisant état d'attaques de journalistes par les forces de l'ordre étaient "dérangeantes".