Ukraine. La condamnation de Timochenko confirmée en cassation

Ioulia Timochenko le 24 juin 2011, lors de son procès à Kiev (Ukraine).
Ioulia Timochenko le 24 juin 2011, lors de son procès à Kiev (Ukraine). (SERGEI SUPINSKY / AFP)

L'égérie de la révolution orange reste condamnée à 7 ans de prison pour abus de pouvoir.

Ioulia Timochenko ne parvient pas à faire annuler sa condamnation. L'égérie de la révolution orange en Ukraine, ancienne Première ministre et célèbre opposante a vu son pourvoi rejeté par la Cour de cassation, mercredi 29 août à Kiev. Sa condamnation à sept ans de prison pour abus de pouvoir est ainsi confirmée.

"Le collège des juges est arrivé à la conclusion que le pourvoi en cassation de Timochenko ne peut être satisfait", a sentencieusement déclaré le président de la juridiction. Incarcérée depuis un an, Ioulia Timochenko avait été condamnée en octobre dernier à sept ans de prison pour avoir signé un contrat gazier avec la Russie jugé désavantageux pour le pays du temps où elle était chef du gouvernement.

La Cour européenne des droits de l'homme saisie

Une centaine de sympathisants de Ioulia Timochenko ont manifesté devant le palais de justice à Kiev, brandissant des pancartes de soutien à l'opposante et réclamant "la fin de la répression politique". Timochenko a toujours dénoncé sa condamnation comme une vengeance politique du président Viktor Ianoukovitch, élu en 2010.

L'opposante a par ailleurs saisi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) qui a entamé mardi 28 août l'examen de l'affaire et se prononcera ultérieurement. L'affaire Timochenko a provoqué une grave crise dans les relations entre Kiev et l'Occident, qui dénonce l'arrière-plan politique de l'affaire et réclame la libération de l'ex-chef du gouvernement, empêchée de se présenter aux législatives du 28 octobre en Ukraine. Souffrant de hernies discales, elle avait été transférée en mai de sa prison de Kharkiv (est) dans une clinique publique.