DIRECT. "Brexit" : un accord a été trouvé entre le Royaume-Uni et les dirigeants européens

De gauche à droite : François Hollande, Matteo Renzi, Klaus Werner Iohannis et David Cameron lors d\'un dîner réunissant les dirigeants européens, vendredi 19 février 2016 à Bruxelles (Belgique).
De gauche à droite : François Hollande, Matteo Renzi, Klaus Werner Iohannis et David Cameron lors d'un dîner réunissant les dirigeants européens, vendredi 19 février 2016 à Bruxelles (Belgique). (OLIVIER HOSLET / AFP)

Les discussions se sont poursuivies très tard jeudi et ont repris vendredi matin pour éviter une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Dénouement du côté de Bruxelles (Belgique). Un d'accord a été trouvé vendredi 19 février au soir au terme d'intenses tractations sur les demandes du Premier ministre britannique David Cameron pour garder le Royaume-Uni dans l'Union européenne, a annoncé sur Twitter le président du Conseil européen Donald Tusk. Suivez la situation en direct.

Les négociations ont repris lors d'un "brunch" vendredi.  Le dîner qui a réuni jeudi soir les 28 chefs d'Etat et de gouvernement autour de la question des migrants s'est prolongé et l'idée de parvenir à un accord dans la matinée lors d'un "english breakfast" réunissant tous les dirigeants a été abandonnée au profit d'un "brunch", puis d'un dîner. "Je conclurai seulement un accord si nous obtenons ce dont la Grande-Bretagne a besoin", a déclaré David Cameron en arrivant. "Nous allons encore travailler et je fais tout ce que je peux", a-t-il martelé.

Des points d'achoppement importants. La France souhaitait amender le projet d'accord pour garantir que Londres ne pourra pas bloquer des mesures concernant les pays de la zone euro et répété son refus de voir les institutions financières britanniques bénéficier d'un avantage compétitif grâce à une réglementation à part. La durée pendant laquelle les travailleurs européens étrangers seraient privés d'allocations sociales au Royaume-Uni continuait de faire débat, en particulier avec les pays de l'Est, dont les ressortissants sont les plus concernés.

Vous êtes à nouveau en ligne