VIDEO. Travailleurs détachés : Macron estime que la Pologne fait "une nouvelle erreur", des "déclarations arrogantes" pour Varsovie

FRANCEINFO

Lors d'une conférence de presse conjointe avec le chef de l'Etat bulgare à Varna, vendredi, le président français a estimé que la Pologne se mettait "en marge" de l'Europe sur "de nombreux sujets".

Emmanuel Macron n'a pas pris de gants. A Varna en Bulgarie, vendredi 25 août, le président de la République a fustigé le refus polonais de durcir la directive sur le travail détaché, estimant que les autorités du pays faisaient "une nouvelle erreur" et se mettaient "en marge" de l'Europe sur "de nombreux sujets".

"La Pologne n'est en rien ce qui définit le cap de l'Europe", a déclaré Emmanuel Macron répondant aux journalistes lors d'un point de presse aux côtés du président bulgare Roumen Radev. A la fin d'une tournée en Europe de l'Est pour rallier des soutiens, le chef de l'Etat réagissait aux déclarations de la Première ministre polonaise, Beata Szydlo, qui a affirmé jeudi que son pays refuserait "jusqu'au bout" une réforme de la directive, "dans l'intérêt des travailleurs polonais".

"Qu'il s'occupe des affaires de son pays"

"Le peuple polonais mérite mieux que cela et la Première ministre aura beaucoup de mal à expliquer qu'il est bon de mal payer les Polonais", a tancé Emmanuel Macron. La Pologne "est aujourd'hui un pays qui décide d'aller à l'encontre des intérêts européens sur de nombreux sujets". Le président de la République s'est dit pourtant convaincu que la France réussirait à obtenir la majorité qualifiée nécessaire pour réformer et durcir cette directive.

Pas du tout impressionnée, la Première ministre polonaise, Beata Szydlo, a qualifié vendredi les déclarations du président français d'"arrogantes", soulignant que son pays avait "les mêmes droits que la France" dans l'UE, dans une déclaration à un portail internet conservateur. "Peut-être, ses déclarations arrogantes sont-elles dues à son manque d'expérience et de pratique politique, ce que j'observe avec compréhension, mais j'attends qu'il rattrape rapidement ces lacunes et qu'il soit à l'avenir plus réservé", a déclaré Mme Szydlo au site wpolityce.pl 

"Je conseille à M. le président qu'il s'occupe des affaires de son pays, il réussira alors peut être à avoir les mêmes résultats économiques et le même niveau de sécurité de ses citoyens que ceux garantis par la Pologne", a encore lancé Mme Szydlo, ajoutant rappeler "à M. Macron que la Pologne est membre de l'Union européenne au même titre que la France".

Vous êtes à nouveau en ligne