Brexit : Londres et Bruxelles n’avancent pas

Alors que l’échéance de la sortie de l’Union européenne approche, Theresa May était à Bruxelles. Le correspondant de France Télévisions à Bruxelles, Pascal Verdeau, fait le point.

"Des discussions musclées, mais constructives". Ce sont les mots de Theresa May après ses premières réunions à Bruxelles. Alors que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne approche à très grands pas, la situation presse. Pascal Verdeau, correspondant à Bruxelles, explique ce que signifient ces mots de Theresa May. "Au delà des mots, on est sortis d’une logique de confrontation. La bonne nouvelle, c’est que la négociation est relancée. Elle pourrait concerner la déclaration politique qui l’accompagne, c’est-à-dire le futur partenariat".

Pari risqué

Chacun montre ses muscles, mais en coulisses, les "Brexiteurs" veulent être mis sur la touche. "Theresa May était en Irlande du Nord, une province qui a voté pour rester dans l’UE, et elle a rappelé que l’Europe leur rapportait beaucoup. Theresa May espère mettre la pression sur les ultras. Un pari risqué à 50 jours de la sortie officielle du Royaume-Uni", précise Pascal Verdeau.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne