DIRECT. "Cet accord est le fruit d'une entente franco-allemande", assure Macron après l'annonce de l'équipe choisie pour les postes clés de l'UE

Emmanuel Macron arrive à Bruxelles, mardi 2 juillet 2019. 
Emmanuel Macron arrive à Bruxelles, mardi 2 juillet 2019.  (AFP)

Après l'échec du Conseil européen, dans la nuit de dimanche à lundi, les 28 de l'UE sont tombés d'accord mardi sur leur nouvelle équipe dirigeante, pour éviter de prêter le flanc aux attaques des populistes en offrant l'image d'une Europe sans gouvernail.

Cette fois-ci, c'est la bonne. Après l'échec de leur nuit de marchandages, les 28 pays membres de l'UE se sont mis d'accord, mardi 2 juillet, sur le casting de la nouvelle équipe dirigeante de l'Union après les élections de mai, a annoncé le président du Conseil européen, Donald Tusk, sur Twitter. 

Le Premier ministre belge, Charles Michel, devient président du Conseil européen. La Française Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international, a été choisie pour être candidate à la présidence de la Banque centrale européenne.

L'Allemande Ursula von der Leyen a été choisie pour être candidate au poste de présidente de la Commission européenne. Sa candidature devra être validée par les eurodéputés. Enfin, l'Espagnol Josep Borrell Fontelles devient le candidat au poste de Haut représentant pour les affaires étrangères.

Christine Lagarde quitte le FMI. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde, 63 ans, s'est dit "très honorée d'avoir été nominée pour la présidence" de la Banque centrale européenne (BCE). "Au vu de ce qui précède, et en consultation avec le Comité d'éthique du Conseil d'administration, j'ai décidé de quitter provisoirement mes fonctions de DG (directrice générale) du FMI durant la période de nomination", a-t-elle ajouté dans un tweet. Elle sera remplacée provisoirement à la tête du FMI par son numéro 2, David Lipton. 

Un "parfait équilibre entre les sexes". L'actuel président du Conseil européen, Donald Tusk, s'est félicité d'un "parfait équilibre entre les sexes" avec deux hommes et deux femmes. Les quatre dirigeants sont en revanche tous issus d'Europe de l'Ouest, même si l'Est pourrait hériter de la présidence du Parlement européen, sur lequel les eurodéputés se prononcent mercredi à Strasbourg. Le nom du socialiste bulgare Sergueï Stanichev circule.

Vous êtes à nouveau en ligne