Séisme en Italie : au moins 250 morts, le gouvernement promet un plan de prévention

Des secouristes fouillent les décombres à Pescara del Tronto (Italie), le 25 août 2016 au lendemain d\'un séisme.
Des secouristes fouillent les décombres à Pescara del Tronto (Italie), le 25 août 2016 au lendemain d'un séisme. (MAURO UJETTO / NURPHOTO / AFP)

Plus de 24 heures après le drame, les Italiens s'interrogent sur les raisons d'un bilan humain aussi lourd et les recherches de survivants se poursuivent.

Le tremblement de terre qui a frappé le centre de l'Italie, aux premières heures, mercredi, a fait au moins 250 morts, selon un bilan communiqué jeudi 25 août par les services de la protection civile. Toute la journée, les équipes de secours ont continué de s'activer dans les décombres.

Le gouvernement italien promet un plan de prévention. Plus de 24 heures après le drame, les Italiens s'interrogent sur les raisons d'un bilan humain aussi lourd. Le président du Conseil italien Matteo Renzi a promis jeudi soir le lancement du plan "Casa Italia", destiné à faire de la prévention le point central de l'action de son gouvernement en la matière.

Un bilan encore plus lourd est redouté. Des responsables locaux ont estimé que le bilan n'était que provisoire et qu'il était probable qu'il s'aggrave et dépasse celui du séisme qui avait touché la région de L'Aquila en 2009. Trois cent personnes avait perdu la vie à l'époque.

 Au moins 365 personnes ont été blessées et évacuées vers des hôpitaux, selon une estimation fournie par la protection civile italienne. Celle-ci a ajouté que 5 000 personnes, dont des policiers, des pompiers, des militaires ou des bénévoles, étaient mobilisées pour les opérations de secours.

 De nouvelles répliques ont été ressenties. Au lever du jour jeudi, les habitants de la région ont pu ressentir de nouvelles répliques du tremblement de terre, dont deux qui ont été signalées avec des intensités respectives de 5,4 et de 5,1. Et jeudi après-midi, une forte réplique, de magnitude 4,3, a provoqué la chute de pierres et de débris du clocher de l'église Sainte-Augustine à Amatrice.

Vous êtes à nouveau en ligne