Révélations sur le passé nazi de l'orchestre philharmonique de Vienne

L\'Orchestre philharmonique de Vienne (Autriche), lors du traditionnel concert du Nouvel An, le 1er janvier 2013.
L'Orchestre philharmonique de Vienne (Autriche), lors du traditionnel concert du Nouvel An, le 1er janvier 2013. (DIETER NAGL / AFP)

Des historiens ont exhumé "les pages brunes" de la formation autrichienne

Critiqué pour ses réticences à faire la lumière sur son passé nazi, le prestigieux Orchestre philharmonique de Vienne (Autriche) s'est engagé dans un travail d'enquête qui l'a amené à admettre, dimanche 10 mars, avoir été dirigé par un ancien nazi et collaborateur de la Gestapo.

C'est la révélation la plus spectaculaire du travail mené par des historiens à l'initiative de l'Orchestre sur "les pages brunes" de son histoire, de 1938 à 1945. Ces chercheurs avaient pour mission d'étudier "la politisation de l'orchestre sous le nazisme", "les biographies des musiciens exclus, persécutés et, éventuellement, assassinés pour des raisons racistes et politiques", ainsi que "les archives disponibles sur la nazification et la dénazification".

Un ancien SS à la tête de l'orchestre de 1954 à 1968

Dans leur travail, les historiens révèlent qu'un trompettiste, Helmut Wobisch, membre du parti nazi NSDAP dès 1933, de la SS dès 1938 et collaborateur de la Gestapo, a été exclu de l'orchestre en 1945, mais réintégré en 1951. En 1954, il a accédé à la présidence de la prestigieuse formation, dont les musiciens choisissent eux-mêmes leur "patron". 

Autre fait à charge : en 1942, l'Anneau d'honneur, la plus haute distinction de l'Orchestre philharmonique, a été remise à Arthur Seyss-Inquart. D'abord gouverneur général de l'Autriche, il a ensuite été commissaire du IIIe Reich aux Pays-Bas, d'où il a organisé la déportation de 100 000 juifs vers les camps d'extermination nazis. Ce qui lui a valu en 1946 d'être condamné à mort pour crimes contre l'humanité et exécuté.

Un musicien sur deux était membre du parti nazi

Selon les recherches de Bernadette Mayrhofer et du porte-parole des musiciens de l'orchestre, le violoniste Clemens Hellsberg, six musiciens juifs de l'Orchestre philharmonique ont été assassinés et dix déportés vers les camps d'extermination nazis. De ceux qui ont réussi à s'exiler, notamment en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, aucun n'est revenu. La proportion de membres du NSDAP au sein de la formation – 60 musiciens sur un total de 123 – était aussi très supérieure à la moyenne au sein de la population (environ 10%). Et elle était "seulement" de 20% au sein de l'Orchestre philharmonique de Berlin.

A l'occasion du 75e anniversaire de l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie, mardi 12 mars, les conclusions de cette enquête historique pourront être lues sur le site internet de l'Orchestre philharmonique de Vienne (en allemand). Ces recherches font aussi l'objet d'un film documentaire réalisé pour la télévision publique autrichienne ORF.

Vous êtes à nouveau en ligne