"République de Macédoine du Nord" : la Grèce et la Macédoine signent un accord sur le changement de nom de l'ancienne république yougoslave

Les Premiers ministres grec et macédonien, Alexis Tsipras et Zoran Zaev, se réjouissent de la signature d\'un accord pour changer le nom de la Macédoine, le 17 juin 2018 dans la région frontalière de Prepès.
Les Premiers ministres grec et macédonien, Alexis Tsipras et Zoran Zaev, se réjouissent de la signature d'un accord pour changer le nom de la Macédoine, le 17 juin 2018 dans la région frontalière de Prepès. (SAKIS MITROLIDIS / AFP)

La Grèce et la Macédoine entretenaient un contentieux depuis 1991, les Grecs estimant que les Macédoniens, en utilisant leur ancien nom, pourraient avoir des revendications sur la province grecque homonyme.

L'Ancienne république yougoslave de Macédoine (Arym) va être renommée "République de Macédoine du Nord". Les ministres grec et macédonien des Affaires étrangères, Nikos Kotzias et Nikola Dimitrov, ont signé dimanche 17 juin un accord historique pour rebaptiser le pays, depuis la région frontalière de Prepès. La fin d'un conflit diplomatique qui dure depuis l'indépendance de cette ancienne république d'ex-Yougoslavie en 1991. La Grèce estimait que les Macédoniens, en utilisant leur ancien nom, pourraient avoir des revendications sur la province grecque homonyme.

"Nous faisons ce jour notre devoir patriotique, un pas historique pour refermer les plaies du passé, ouvrir la voie à la coopération pour nos pays, les Balkans et toute l'Europe, a déclaré le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. Ce pas ne doit pas rester suspendu, car nous donnons un exemple pour construire l'avenir contre la haine."

Vers l'entrée dans l'Union européenne

Cet accord, prévu pour entrer en vigueur sous six mois, doit lever le verrou grec à l'entrée de Skopje dans l'Union européenne et l'Otan. Après la signature, la Grèce devrait donc mettre fin à son opposition à une adhésion de la République de Macédoine du Nord à l'Union européenne et à l'Otan.

L'accord doit encore être ratifié par le Parlement, approuvé par référendum et acté par une révision constitutionnelle. Il sera ensuite soumis à la ratification du Parlement grec.