Radars : les Français flashés en Espagne recevront désormais leur amende

Une voiture passe devant un radar sur l\'A9, au niveau de Saint-Aunès (Hérault), le 3 avril 2013.
Une voiture passe devant un radar sur l'A9, au niveau de Saint-Aunès (Hérault), le 3 avril 2013. (PASCAL GUYOT / AFP)

A partir de jeudi, les conducteurs de véhicules immatriculés en France flashés pour franchissement de feu rouge ou excès de vitesse par des radars espagnols seront poursuivis.

C'est la fin de l'impunité pour les automobilistes français sur les routes espagnoles. Et vice-versa. Les conducteurs de véhicules immatriculés en France qui seront flashés pour franchissement de feu rouge ou pour excès de vitesse par des radars espagnols, ou réciproquement, seront poursuivis à partir de jeudi, a annoncé, lundi 29 juillet, la Sécurité routière.

La loi du 16 juillet 2013 (diverses dispositions d'adaptation au droit de l'Union européenne), publiée le 17 juillet au "Journal officiel", a transposé, dans son article 35, une directive européenne du 25 octobre 2011. Celle-ci facilite l'échange transfrontalier d'informations sur les infractions de sécurité routière (vitesse, feux rouges...) constatées par les radars.

Les automobilistes plus indisciplinés à l'étranger

Depuis le déploiement des radars de contrôle de la vitesse en France, environ 25% des infractions relevées (50% en période estivale) concernent des véhicules immatriculés à l'étranger, alors qu'ils ne représentent que 5% du trafic, relève la Sécurité routière. En 2012, près de 450 000 infractions constatées par les radars automatiques français concernaient des véhicules immatriculés en Espagne.

Les radars automatiques espagnols ont constaté, cette même année, environ 130 000 infractions commises par des conducteurs de véhicules immatriculés en France. Le même type de dispositif bilatéral est entré en vigueur le 30 juin 2012 avec la Belgique, le 9 juillet 2009 avec la Suisse, et le 15 octobre 2001 avec le Luxembourg.

Vous êtes à nouveau en ligne