Procès Breivik : le proche d'une victime jette une chaussure sur le tueur

Anders Behring Breivik lors de son procès à Oslo (Norvège), le 10 mai 2012.
Anders Behring Breivik lors de son procès à Oslo (Norvège), le 10 mai 2012. (KRISTER SORBO / SCANPIX NORWAY / AFP )

Frère d'une des 77 personnes tuées par Anders Behring Breivik le 22 juillet 2011, l'homme a été rapidement maîtrisé par le service d'ordre. L'audience a été suspendue.

"Tu es un tueur, va en enfer." Le proche d'une victime de la tuerie d'Utoya a jeté une chaussure en direction d'Anders Behring Breivik vendredi 11 mai en hurlant cette phrase. La chaussure noire n'a pas atteint Breivik, mais a touché son avocate, Vibeke Hein Baera, assise entre l'accusé et le public. Frère d'une des 77 personnes tuées par Breivik le 22 juillet 2011, l'homme a été rapidement maîtrisé par le service d'ordre. Il a ensuite été vigoureusement escorté vers la sortie alors qu'il continuait de crier en anglais : "va en enfer !".

L'incident, suivi par des applaudissements et des "bravo" dans le public, a entraîné une suspension temporaire de la 17e journée du procès. Il s'agit du premier incident sérieux depuis le 16 avril, début du procès de l'extrémiste de droite, jugé pour la fusillade d'Utoya ainsi que pour l'attentat à la bombe contre le siège du gouvernement norvégien. 

La journée de vendredi est une des journées les plus difficiles du procès, car les médecins légistes lisent les rapports d'autopsie des victimes d'Utoya. Pour chacune d'entre elles, un court rapport projeté à l'écran explique les conditions de leur mort, avec détails, a notamment expliqué sur Twitter Olivier Truc, journaliste français qui suit le procès.