Premiers mariages homosexuels en Angleterre

(Andrew Winning Reuters)

Les premiers mariages homosexuels pourront être célébrés à partir de samedi en Angleterre et au Pays de Galles. La loi britannique votée en juillet 2013 entre en vigueur. Le projet a suscité bien moins d'hostilité qu'en France, les droits parentaux étant déjà acquis pour les couples du même sexe.

Le "yes " britannique au mariage pour est effectif depuis vendredi, minuit. Vécu par les homosexuels comme le dernier obstacle à
franchir, la légalisation du mariage gay n'a pas provoqué la même contestation qu'en France. En Angleterre, l'opinion
publique y est majoritairement favorable. En revanche, la question bien que symbolique, a divisé le parti conservateur.

Des droits acquis avant la bague au doigt

Les couples homosexuels britanniques peuvent déjà être parents et fonder une famille. Ils peuvent adopter,
recourir à la procréation médicale assistée et à une mère porteuse, à condition
qu'elle ne soit pas payée. Autant de thèmes contestés en France : la PMA et la GPA se
sont invitées sur les banderoles des manifestants opposés au mariage pour
tous, au point de provoquer une mise au point du gouvernement. 

A Londres, Peter et David vont se marier juste après minuit
vendredi. Le couple a adopté deux enfants. Il a suivi les récentes manifestations
en France et regrettent que les droits des homosexuels ne soient pas aussi
respectés qu'en Angleterre.

A l'Eglise anglicane : pas de bénédiction 

La loi permet à présent une union civile et elle laisse aux
différentes religions l'opportunité de célébrer ou non des unions homosexuelles.
La réforme qui entre en vigueur samedi a été contestée ces derniers mois par l'Eglise
anglicane, majoritaire. Pour marquer son opposition, elle a pris soin de
prendre deux mesures mi-février pour bien cadrer ses positions : la bénédiction
de mariages homosexuels est impossible, tout comme le mariage entre deux
membres du clergé du même sexe.

Vous êtes à nouveau en ligne