Pologne : des chercheurs démentent l'existence d'un train d'or nazi à Walbrzych

Lors de la conférence de presse des scientifiques à Walbrzych, en Pologne, le 15 décembre 2015.
Lors de la conférence de presse des scientifiques à Walbrzych, en Pologne, le 15 décembre 2015. (NATALIA DOBRYSZYCKA / AFP)

Deux chercheurs de trésors assuraient depuis plusieurs mois que ce train était caché près de Walbrzych, dans des galeries souterraines. Mais une équipe de chercheurs met à mal cette thèse.

Non, il n'y a pas de train fantôme nazi rempli d'or à Walbrzych (Pologne). C'est en tout cas l'avis de chercheurs de la prestigieuse Académie des Mines de Cracovie, rendu publique mardi 15 décembre. Le professeur Janusz Madej se dit certain "à 100%" qu'il n'y a "pas de train" sur le site, mais il ajoute qu'il y a "peut-être un tunnel", en raison des anomalies du terrain. Ces conclusions sont fondées sur des examens menés en novembre, à partir d'études magnétiques, gravimétriques et géoradars.

>> Le train nazi de Walbrzych, mine d'or d'une ville oubliée

Les chasseurs de trésors, eux, y croient encore

Malgré tout, deux chasseurs de trésors polonais et allemands continuent de croire en l'existence d'un train dissimulé dans une galerie souterraine obstruée. Selon Piotr Koper et Andreas Richter, le site compte des rails et un tunnel, à l'intérieur duquel se trouverait le train. "Je suis convaincu que nous allons le découvrir et démontrer son existence, assure ce dernier. Nous avons besoin d'encore un peu de temps et de passer à une méthode plus brutale, c'est-à-dire creuser." Cette équipe se dit prête à financer les fouilles sur ses propres fonds. La décision revient toutefois à la mairie de Walbrzych.

Une petite portion des deux kilomètres de tunnels que peuvent parcourir les touristes en visitant le complexe.
Une petite portion des deux kilomètres de tunnels que peuvent parcourir les touristes en visitant le complexe. (ELODIE DROUARD / FRANCETV INFO)

En 1943, les nazis ont entamé la construction d'un vaste dédale de galeries souterraines dans la région, qui était alors située en Allemagne, sur une surface de 200 hectares. Son édification a toutefois été interrompue par l'arrivée de l'Armée rouge, en mai 1945. Aujourd'hui encore, le but du projet Riese reste flou, ce qui alimente les spéculations sur la présence de trésors, dont de l'or ou des œuvres d'art volées aux juifs. Et les entrées des tunnels et des autres ouvrages souterrains ont été détruites à l'aide d'explosifs pour en effacer les traces.

Vous êtes à nouveau en ligne