Plusieurs milliers de manifestants ont défilé à Bayonne en soutien à Aurore Martin

(Maxppp)

Après l'interpellation la semaine dernière d'Aurore Martin, militante basque de 33 ans du parti Batasuna, au moins 15.000 manifestants selon les organisateurs ont défilé samedi dans les rues de Bayonne. Cette manifestation pour la paix avait pour but de dénoncer l'arrestation d'Aurore Martin, et de défendre les droits des prisonniers basques en Espagne.

Une importante manifestation, réunissant au moins 15.000 personnes selon les manifestants a eu lieu samedi après-midi dans les rues de Bayonne. Principale initiatrice de ce
rassemblement, l'association Herrira milite pour le rapprochement des militants
incarcérés et pour la fin de la "répression ".

"Amnistie maintenant, prisonniers à la maison "

Les manifestants ont commencé à défiler sous une pluie battante depuis la Place des Basques dans le centre de Bayonne aux cris de "Exterat ! " ("À la maison" en basque) ou de "Amnistie maintenant, prisonniers à la maison ".

L'émotion est encore plus grande après la récente arrestation et la remise à l'Espagne de la militante française Aurore Martin pour des faits qui sont légaux en France.

650 prisonniers

Ils sont actuellement 650
prisonniers dont 40 du Pays Basque nord détenus dans 88 prisons de France et
d'Espagne. Les familles de détenus parcourent souvent des kilomètres pour
quelques heures de parloir.

"Nous demandons à
la France et à l'Espagne de respecter la simple application du droit qui est de
rapprocher les prisonniers de leurs familles et de libérer les malades ou
conditionnables" (Gabi Mouesca, un des porte-parole d'Herrira)

* Selon Emilie Martin, la soeur d'Aurore Martin,
"plus de 150 élus ont signé l'appel à manifester, Herrira a enregistré une
multitude de soutiens. Jamais la question des prisonniers et des exilés n'a
provoqué pareil mouvement de solidarité"* .

Soutien politique

Le président PS de la région Aquitaine, Alain Rousset, est entré dans la danse des soutiens samedi. Il a écrit au Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour lui demander de "peser " auprès de son homologue espagnol Mariano Rajoy pour "une libération rapide et un retour en France " d'Aurore Martin.

Alain Rousset souhaite "alerter " le chef du gouvernement sur le fait que l'arrestation et l'extradition de la jeune femme ont suscité en Aquitaine "un émoi qui ne se dément pas ".   

Vous êtes à nouveau en ligne