Le fondateur de Pegida jugé en Allemagne pour avoir qualifié les réfugiés de "bétail"

Lutz Bachmann, le fondateur de Pegida, lors de son procès le 19 avril 2016 à Dresde. 
Lutz Bachmann, le fondateur de Pegida, lors de son procès le 19 avril 2016 à Dresde.  (JENS SCHLUETER / AFP)

L'homme de 43 ans comparait pour "incitation à la haine" et "atteinte à la dignité" après des propos tenus en 2014 sur sa page Facebook.

Le fondateur de Pegida se présente face à la justice. Le procès de Lutz Bachmann s'ouvre, mardi 19 avril, pour trois jours à Dresde (Allemagne), le fief du mouvement islamophobe. L'homme de 43 ans comparait pour "incitation à la haine" et "atteinte à la dignité" après des propos tenus en 2014 sur sa page Facebook, où il qualifiait les réfugiés de "bétail" et de "racaille".

Lutz Bachmann est arrivé au tribunal avec le sourire aux lèvres et des lunettes en forme de bandeau noir pour masquer son visage face aux caméras. Il s'est présenté avec une centaine de partisans brandissant des panneaux "Merkel au tribunal" ou "Relaxe pour Lutz Bachmann !". L'homme, qui avait déjà purgé une peine de quatorze mois pour braquages, violences et trafic de cocaïne, encourt de trois mois à cinq ans de prison.

Grimé en Adolf Hitler

Les "Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident" (Pegida) avaient lancé leur mouvement à l'automne 2014 à Dresde, avec quelques centaines de personnes. Pegida avait rapidement pris de l'ampleur avant de culminer après les attentats contre Charlie Hebdo, en janvier 2015. Le mouvement a ensuite subi un coup d'arrêt avec la publication par le journal Bild de photos de Lutz Bachmann grimé en Adolf Hitler. La direction du mouvement a implosé, avec le départ des plus modérés.