DIRECT. Pays-Bas : l'auteur présumé des coups de feu à Utrecht a été arrêté, annonce la police

La police locale a lancé un appel à témoins pour retrouver Tanis Gökman, auteur présumé de l\'attaque dans un tram à Utrecht (Pays-Bas) le 18 mars 2019.
La police locale a lancé un appel à témoins pour retrouver Tanis Gökman, auteur présumé de l'attaque dans un tram à Utrecht (Pays-Bas) le 18 mars 2019. (POLICE D'UTRECHT)

Le bilan provisoire de la fusillade fait état de trois morts et cinq blessés. La photo du principal suspect a été diffusée par la police à la mi-journée.

Fin de cavale. La police néerlandaise a annoncé, lundi 18 mars en fin d'après-midi, l'arrestation de l'auteur présumé des coups de feu à Utrecht. L'attaque, survenue dans la matinée, a fait au moins trois morts et cinq blessés. Quelques minutes après les tirs, la police a diffusé une photo et l'identité du principal suspect recherché : il s'agit d'un homme de 37 ans, né en Turquie, s'appelant Tanis Gökmen. La piste terroriste est envisagée. Suivez la situation dans notre direct.

Arrestation en fin d'après-midi. L'arrestation a eu lieu dans le quartier d'Oudenoord, situé à environ trois kilomètres de la station de tramway où les coups de feu avaient été tirés. Le bureau principal de la police locale se trouve également à proximité.

Coups de feu dans le tram vers 10h45. La police d'Utrecht a rapporté, en fin de matinée, que des coups de feu avaient été tirés dans un tramway. La place du 24-Octobre, où se trouve la station de tram, à la périphérie du centre de la ville, a été bouclée par la police.

Tireur en fuite. La police a diffusé à la mi-journée une photo et l'identité du principal suspect recherché : il s'agit d'un homme de 37 ans, né en Turquie, s'appelant Tanis Gökmen.

Niveau de menace 4. Le coordinateur néerlandais de la lutte contre le terrorisme annonce que le niveau de menace, qui était passé de 4 à 5 dans la journée, repasse à 4. "La raison est l'arrestation du principal suspect", écrit-il sur Twitter.

La piste terroriste envisagée. Le porte-parole de la police a déclaré que la thèse d'une motivation terroriste était envisagée. "Une enquête sur la fusillade sur la place du 24-Octobre à Utrecht est en cours. Dans celle-ci, nous prenons également en compte un éventuel motif terroriste", a déclaré la police dans un tweet.

Une "violence sanglante". Emmanuel Macron a affiché la solidarité de la France après la fusillade qui a fait trois morts à Utrecht aux Pays-Bas. Le chef de l'Etat a dit ses "pensées" pour les victimes et les familles. "Nous sommes à vos côtés dans le deuil et la détermination à lutter contre ceux qui veulent imposer la terreur", a-t-il écrit sur Twitter.

00h12 : Voici les principales informations à retenir de ce lundi 18 mars :

• Après les violences de samedi, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé de possibles interdictions de manifestations "dans les quartiers les plus touchés" et le remplacement du préfet de police de Paris.


• Une fusillade a fait au moins trois morts et le suspect, dont les motivations restent méconnues, a été arrêté. "Un acte de terrorisme est une attaque contre notre société tolérante et ouverte", a condamné le Premier ministre néerlandais.

• Le président de cet Etat du sud-est de l'Afrique a dit redouter un bilan de plus de "1 000 morts" après le passage d'un cyclone en fin de semaine dernière. "C'est un véritable désastre humanitaire", a-t-il déploré.


• L'aventure touche à sa fin. JoeyStarr et Kool Shen ont annoncé que leurs deux concerts prévus en novembre à Paris seraient les derniers de leur histoire commune.

Ce direct reprendra dès 6 heures.

20h53 : Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, affirme que ses services de renseignement sont en train de "rassembler des informations" sur l'auteur présumé de l'attaque, qui est né en Turquie. "Certains disent que c'est un différend familial, d'autres disent que c'est un acte terroriste", note-t-il, sans trancher.

20h47 : C'est devenu le symbole d'une ville endeuillée : ce dessin montre Miffy, une lapine incarnant Utrecht, en pleurs, devant un drapeau en berne aux couleurs de la ville. "Il fallait que je dessine quelque chose pour me calmer", dit la blogueuse qui a signé le dessin.

19h59 : Il est 20 heures, voici un nouveau point sur l'actualité de ce lundi :

• Après avoir annoncé de possibles interdictions de manifester et le remplacement du préfet de police de Paris, le Premier ministre, Edouard Philippe, est l'invité du "20 heures" de France 2. Regardez son interview dans notre direct.

• L'auteur présumé de la fusillade qui a fait au moins trois morts, ce matin, dans le tramway d'Utrecht, a été arrêté. "Un acte de terrorisme est une attaque contre notre société tolérante et ouverte", a condamné le Premier ministre néerlandais.

• Un caillou de plus dans la chaussure de Theresa May ? Le président de la Chambre des communes a annoncé qu'elle ne pourrait pas soumettre au vote son projet d'accord sur le Brexit, déjà rejeté deux fois, à moins de le modifier en profondeur.

• Le président de cet Etat du sud-est de l'Afrique dit redouter un bilan de plus de "1 000 morts" après le passage d'un cyclone en fin de semaine dernière. "C'est un véritable désastre humanitaire", déplore-t-il.

19h31 : "Un acte de terrorisme est une attaque contre notre civilisation, contre notre société tolérante et ouverte."

Le chef du gouvernement néerlandais annonce que les drapeaux seront en berne, demain, dans tout le pays.



(LEX VAN LIESHOUT / ANP / AFP)

19h26 : Dans un message sur Twitter, Emmanuel Macron apporte son soutien aux victimes de la fusillade d'Utrecht.

19h22 : La police locale précise que l'auteur présumé de la fusillade a été arrêté dans le quartier d'Oudenoord, à environ 3 km des lieux des coups de feu.

18h49 : Le coordinateur néerlandais de la lutte contre le terrorisme annonce que le niveau de menace, qui était passé de 4 à 5 dans la journée, repasse à 4. "La raison est l'arrestation du principal suspect", écrit-il sur Twitter.

18h37 : Lors d'une conférence de presse, quelques minutes plus tôt, le procureur avait annoncé que plusieurs perquisitions avaient été menées pour retrouver le suspect. Ce dernier avait des antécédents judiciaires, avait-il précisé.

18h33 : La police néerlandaise annonce l'arrestation de l'auteur présumé des coups de feu à Utrecht.

18h01 : Il est 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

Edouard Philippe a annoncé plusieurs mesures après les violences commises samedi à Paris, dont la possibilité d'interdire les manifestations dans les quartiers les plus touchés en cas de présence d'"éléments ultras" et le remplacement du préfet de police de Paris.

L'auteur présumé de la fusillade qui a fait trois morts et cinq blessés dans un tramway à Utrecht (Pays-Bas) est toujours recherché. Son identité et sa photo ont été diffusées par la police. Toutes les pistes restent envisagées, dont une attaque terroriste.

La grève dans les écoles maternelles et élémentaires s'annonce particulièrement suivie demain, journée de mobilisation interprofessionnelle à l'appel de plusieurs syndicats, avec quatre enseignants sur dix ayant indiqué qu'ils ne feraient pas classe, selon le principal syndicat du primaire.

• Selon France 3 Grand-Est, une source ayant pu consulter le dossier d'instruction indique qu'une hachette, avec des traces de sang encore non identifiées, a été découverte dans la cave de Jean-Marc Reiser, le principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan.

17h38 : Le bilan des personnes blessées est revu à la baisse par la police et passe de neuf à cinq. Une conférence de presse sur la fusillade, qui a également fait trois morts, doit être donnée à 18 heures. Le tireur présumé est toujours en fuite et ses motivations demeurent inconnues.

16h05 : Voici les articles les plus consultés actuellement sur le site de franceinfo :

Plusieurs fusillades ont fait trois morts et neuf blessés à Utrecht (Pays-Bas). Le tireur présumé, dont la photo et l'identité ont été diffusées, est toujours recherché et la piste terroriste n'est pas écartée.

Qui a commis les dégradations sur les Champs-Élysées samedi ?Les black blocs ont notamment été pointés du doigt mais certains spécialistes évoquent plutôt des "gilets jaunes" radicalisés. Franceinfo fait le point dans cet article.

• Comment François Ruffin cherche-t-il à se faire une place au soleil dans l'opposition ? Notre journaliste Margaux Duguet a enquêté sur le député de La France insoumise. En avril, il sortira un film consacré aux "gilets jaunes".

15h15 : Juste avant la fusillade, une Renault Clio rouge a été volée lors d'un car-jacking, précise la police sur Twitter. La voiture en question a ensuite été retrouvée dans un autre quartier de la ville.

15h09 : Le maire de la ville, Jan Van Zanen, annonce que trois personnes sont mortes et neuf autres blessées, dans une vidéo diffusée par le compte Twitter de la mairie.

14h53 : La police diffuse un rectificatif sur Twitter au sujet du nom du suspect recherché. Il ne s'agit pas de Tanis Gökman mais de Tanis Gökmen.

14h57 : La Croix-Rouge néerlandaise a mis en ligne un site pour que les personnes se trouvant à Utrecht puissent se signaler et donner des nouvelles à leurs proches. Selon le Telegraaf, 1 770 personnes se sont déjà inscrites et 29 ont été retrouvées de cette manière.

14h47 : Vous êtes plusieurs à poser des questions sur le bilan des fusillades à Utrecht (Pays-Bas) et sur les lieux concernés. Mais les sources divergent à ce sujet et ne sont pas très précises. L'agence de presse néerlandaise ANP parle d'au moins un mort mais l'information n'est pas confirmée officiellement. Et la police indique qu'un homme armé a ouvert le feu dans un tramway et "à plusieurs endroits", sans préciser lesquels. Nous vous en dirons davantage dès que possible.

14h22 : Selon la police, il s'agit de Tanis Gökman, né en Turquie, âgé de 37 ans. "Ne vous en approchez pas vous-même, mais appelez immédiatement le numéro de suivi 0800-6070", indique-t-elle sur Twitter.

14h20 : La police diffuse la photo et l'identité d'un suspect dans la fusillade qui a fait plusieurs blessés dans un tramway.

14h19 : Voici un nouveau point sur l'actualité :

Plusieurs fusillades ont eu lieu en différents endroits ce matin à Utrecht (Pays-Bas), faisant plusieurs victimes, a indiqué le directeur de l'Agence nationale pour la sécurité et le contre-terrorisme (NCTV). Le tireur est toujours recherché et la piste terroriste n'est pas écartée.

• Edouard Philippe et plusieurs ministres étaient attendus ce matin à l'Elysée pour faire des "propositions" à Emmanuel Macron après les violences de samedi. Le gouvernement a reconnu des "dysfonctionnements" dans le dispositif de sécurité à Paris.

• Le pôle santé du tribunal de grande instance de Marseille a ouvert une information judiciaire sur les rejets de l'usine Alteo d'alumine de Gardanne (Bouches-du-Rhône), qui a notamment déversé des "boues rouges" pendant des décennies dans le Parc national des Calanques.

Le gouvernement a validé le principe d'un durcissement des restrictions sur les ventes d'armes, trois jours après le double attentat contre deux mosquées qui a fait 50 morts. Voici ce que l'on sait du principal suspect, Brenton Tarrant.

14h00 : Selon le journal néerlandais De Telegraaf, toutes les mosquées d'Utrecht ont fermé leurs portes par mesure de précaution après la fusillade dans un tramway. "Nous l'avons fait en concertation avec la police", a déclaré un porte-parole de la mosquée Ulu, la plus grande mosquée d'Utrecht.

13h59 : Plusieurs fusillades ont eu lieu en différents endroits ce matin à Utrecht, faisant plusieurs victimes, a indiqué le directeur de l'agence nationale pour la sécurité et le contre-terrorisme (NCTV) Pieter-Jaap Aalbersberg, lors d'une conférence de presse à La Haye. Il a précisé qu'une "importante opération de police (était) en cours pour trouver le tireur".

13h36 : Après la fusillade qui a fait plusieurs blessés dans un tramway, les autorités municipales et la police conseillent aux habitants de ne pas sortir de chez eux, le tireur étant toujours en fuite.

13h08 : "Nous n'excluons rien, pas même une attaque terroriste." C'est par ces mots que le maire d'Utrecht, Jan van Zanen, termine son court communiqué dans lequel il évoque "un incident horrible et radical" qui a eu lieu ce matin dans sa ville. Mais lui ne donne aucun bilan.

12h59 : La sécurité est renforcée dans les aéroports et les bâtiments clés du pays, annonce la police.

12h44 : L'auteur de la fusillade dans un tramway est en fuite, indique la police néerlandaise. Elle a conseillé aux écoles de la ville de fermer leurs portes et n'exclut pas qu'il y ait plusieurs tireurs.

12h39 : @anonyme C'est ce qu'indique l'agence de presse néerlandaise ANP. Selon son journaliste sur place, la victime est recouverte d'un drap et gît sur la voie entre deux wagons. Mais cette information n'a pas été confirmée officiellement par la police.

13h24 : Il y aurait au moins un mort ?

12h26 : "Une enquête sur la fusillade sur la place du 24-octobre à Utrecht est en cours. Dans celle-ci, nous prenons également en compte un éventuel motif terroriste", a déclaré la police dans un tweet. L'agence nationale pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme (NCTV) a également indiqué sur Twitter qu'un "motif terroriste (n'était) pas exclu".

12h18 : Revenons sur les principales informations de cette matinée.

Des tirs dans un tramway ont fait plusieurs blessés à Utrecht, aux Pays-Bas, annonce la police de la ville, qui évoque un "possible motif terroriste".

• Edouard Philippe et plusieurs ministres étaient attendus à 11h30 à l'Elysée pour faire des "propositions" à Emmanuel Macron après les violences de samedi. Le gouvernement a reconnu des "dysfonctionnements" dans le dispositif de sécurité à Paris.

• Cinq détenus de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne), où un détenu et sa compagne avaient attaqué deux surveillants au couteau il y a dix jours, ont été interpellés ce matin, dans une opération de recherche d'éventuels complices.

• Le cardinal Philippe Barbarin est sorti de son entrevue avec le pape François au Vatican. Il devait lui présenter sa démission, après sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation des abus sexuels d'un prêtre. Le Vatican n'a pas communiqué.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern indique que le gouvernement a validé le principe d'un durcissement des restrictions sur les ventes d'armes, trois jours après le double attentat contre deux mosquées qui a fait 50 morts.

12h05 : La police d'Utrecht évoque un "possible motif terroriste" après les tirs qui ont fait plusieurs blessés dans un tramway.

11h45 : Des journalistes sur place publient sur Twitter des photos du tramway où les tirs ont eu lieu, et des secours sur place.

11h42 : La police d'Utrecht indique en effet sur Twitter que "plusieurs personnes" ont été blessées par des tirs dans une rame de tramway. Les secours sont sur place. Nous n'avons pas d'informations plus précises pour le moment, ni sur le bilan ni sur le ou les auteurs des tirs et leurs motivations. Mais nous vous tiendrons bien sûr informés dès que nous en saurons plus.

11h42 : Fusillade aux Pays-Bas ? Des infos ? Merci

Vous êtes à nouveau en ligne