Pays-Bas. Fausse alerte à la prise d'otages d'un avion à Amsterdam

L\'avion de la compagnie Vueling à bord duquel les policiers néerlandais pensaient trouver un pirate de l\'air, le 29 août 2012 à l\'aéroport Schipol dAmsterdam (Pays-Bas).
L'avion de la compagnie Vueling à bord duquel les policiers néerlandais pensaient trouver un pirate de l'air, le 29 août 2012 à l'aéroport Schipol dAmsterdam (Pays-Bas). (BAS CZERWINSKI / ANP)

Une erreur de communication du pilote a entraîné mercredi un atterrissage mouvementé pour un avion espagnol.

C'est un voyage peu ordinaire qu'ont vécu les 180 passagers du vol Malaga-Amsterdam, mercredi 29 août. Alors que l'appareil de la compagnie low-cost Vueling approchait de sa destination en début d'après-midi, deux chasseurs F-16 de l'armée néerlandaise se sont soudain portés à sa hauteur. Atterrissage immédiat à l'aéroport d'Amsterdam-Schipol demandé.

Arrivé sur le tarmac, l'avion est encerclé par la police. "Il s'agit d'une possible prise d'otages", déclare un porte-parole des services de sécurité de l'aéroport. On redoute la présence d'un pirate de l'air à bord. Un policier pénètre alors dans la carlingue. Et s'aperçoit que tout va bien. Rapidement, la compagnie Vueling dément : "Il n'y a jamais eu le moindre danger. Un manque de communication entre le pilote et la tour de contrôle a déclenché la procédure de sécurité."

Plus de contact entre le pilote et la tour de contrôle ?

D'après la police néerlandaise, l'alerte a été déclenchée car le contact radio entre le pilote et la tour de contrôle a été coupé. Une fois le risque de prise d'otages écarté, les passagers et membres d'équipage ont tout de même été confinés à bord, le temps que la police procède aux vérifications.

La perte de contact entre cet avion de ligne et la tour de contrôle reste à éclaircir, un pilote disposant de codes pour communiquer par radar quand sa radio est en panne, affirme Robert Galan, ancien commandant de bord d'Air France. Contacté par l'AFP, il explique qu'un avion a trois modes de contact avec la tour de contrôle : le contact radio, le contact radar, et le contact par "transpondeur". Celui-ci permet au commandant de bord d'envoyer trois types de messages codés : "urgence" en cas d'avarie technique, "détresse" en cas d'incident grave et "détournement". L'explication d'une perte totale de contact reste donc à expliquer.

Ce mercredi 29 août a en tout cas été une dure journée pour les services de l'aéroport d'Amsterdam, puisque quelques heures auparavant, deux terminaux ont été fermés. Une bombe allemande de 500 kilos datant de la seconde guerre mondiale venait d'être découverte sous l'aéroport par des ouvriers effectuant des travaux, obligeant notamment la compagnie KLM à annuler ou retarder ses vols.

Vous êtes à nouveau en ligne