Panama papers : le Premier ministre islandais démissionne

(Sigmundur David Gunnlaugsson est le premier haut dirigeant emporté par le scandale des "Panama Papers" © MaxPPP)

Sigmundur Guunlaugsson a démissionné ce mardi quelques heures après que le président a refusé la dissolution du Parlement islandais. L'homme fait partie des personnalités citées par l'enquête sur les Panama papers.

Les Panama Papers auront finalement eu raison de Sigmundur David Gunnlaugsson, premier haut dirigeant emporté par le scandale. Ce mardi, le Premier ministre islandais a annoncé qu’il démissionnerait de ses fonctions après les révélations sur ses placements offshore qui ont jeté dans la rue des milliers de manifestants en colère.

A LIRE AUSSI ►►►Les "Panama Papers" feront-ils chuter le gouvernement islandais ?

"Le Premier ministre a informé le groupe parlementaire du (Parti du progrès) qu'il allait démissionner de ses fonctions de Premier ministre ", a déclaré en direct mardi à la télévision Sigurdur Ingi Johannsson, vice-président du parti et ministre de l'Agriculture.

Une société offshore aux Iles Vierges

Gunnlaugsson, 41 ans, a détenu des millions de dollars dans une société ayant son siège aux îles Vierges britanniques, appelée Wintris, avec son épouse Anna Sigurlaug Palsdottir, fille d'un riche concessionnaire automobile. Elu député en avril 2009, le Premier ministre islandais a omis cette participation dans sa déclaration de patrimoine et cédé ses parts, soit 50% du capital, à son épouse fin 2009 pour un dollar symbolique.

Il aurait continué à dissimuler l'existence de ses actifs quand il est devenu Premier ministre, en "violation des règles éthiques" de l'Islande. L'intéressé affirme n'être tenu de déclarer que des "activités commerciales". 

Nouvelle manifestation ce soir 

Ce mardi "la manifestation prévue avant l'annonce de la démission a été maintenue" raconte l'envoyée spéciale de France Info à Reyjkavik. En début de soirée, plusieurs centaine de personnes étaient rassemblées devant le Parlement. Avant qu'il annonce sa démission, une pétition réclamant son départ avait recueilli 30.000 signatures. 

(Manifestation devant le parlement en Islande après la démission du Premier ministre mis en cause dans les Panama papers © Radio France / Sandrine Etoa Andegue)
 

Vous êtes à nouveau en ligne