Réfugiés : 13 991 migrants ont été sauvés par SOS Méditerranée en 2016

L\'Aquarius, le bateau affrété par SOS Méditerranée, sauve les réfugiés en détresse depuis mars 2016.
L'Aquarius, le bateau affrété par SOS Méditerranée, sauve les réfugiés en détresse depuis mars 2016. (LAURIN SCHMID/SOS MEDITERRANEE / PICTURE ALLIANCE)

Le bateau de SOS Méditerranée, l'Aquarius, recueille des réfugiés en détresse depuis mars 2016. Selon sa directrice générale, il aurait déjà sauvé de la noyade près de 14 000 personnes. 

Depuis un an, l'Aquarius, le bateau affrété par l'association de sauvetage en mer SOS Méditerranée, aide les réfugiés qui tentent d'atteindre les côtes européennes par la Méditerranée. Son premier sauvetage remonte au 7 mars 2016 au large des côtes libyennes. 74 naufragés avaient été secourus. Les opérations se sont ensuite enchaînées sans interruption.

L'Aquarius a d'ores et déjà secouru "13 991 personnes, qui ont échappé à la mort", a détaillé sur franceinfo Fabienne Lassalle, directrice générale de SOS Méditerranée France. Elle a dénoncé "des moyens insuffisants, puisqu'on continue à avoir des centaines de morts et même des milliers de victimes, plus de 5 000 en 2016". "L'Aquarius est le seul bateau de sauvetage en hiver", a précisé Fabienne Lassalle.

franceinfo : Combien de personnes avez-vous pu secourir ?

En un an, depuis le 7 mars 2016, 13 991 personnes ont pu échapper à la mort grâce à une intervention de l'Aquarius. Nous dénombrons 73 opérations de sauvetage direct, et 24 transferts, lorsqu'un un autre navire a fait le sauvetage et qu'il transborde les rescapés sur notre bateau au moment où nous arrivons sur les côtes italiennes.

D'où viennent les personnes que vous secourez ?

Ils viennent d'Afrique noire, du Nigéria, de la Corne de l'Afrique, d'Erythrée du Mali, du Niger, ou encore du Cameroun et du Sénégal, et tout récemment, depuis le début d'année, nous recueillons de nombreux Bangladais, des Syriens et des Libyens qui cherchent à fuir l'enfer de la guerre. Le flux migratoire ne se tarit pas, même en hiver les traversées continuent car la situation va en s'aggravant en Libye, si l'on en croit les témoignages des rescapés. 

Les rescapés racontent un parcours cauchemardesque, de kidnapping, d'esclavage. Ils sont rançonnés, les femmes sont systématiquement violées.Fabienne Lassalle, directrice générale de SOS Méditerranée à franceinfo

Que deviennent ces migrants une fois sauvés ?

Une fois qu'ils sont arrivés sur le pont de l'Aquarius, ils sont pris en charge et tout dépend de l'état dans lequel ils sont. Ils sont souvent en hypothermie. Nous commençons à porter les premiers soins grâce à l'équipe de MSF qui nous accompagne. Et puis (...) les autorités maritimes italiennes nous indiquent le port où les débarquer. Les chiffres montrent que les moyens sont insuffisants puisqu'on continue à avoir des centaines de morts et même des milliers de victimes, plus de 5 000 en 2016. L'Aquarius est le seul bateau de sauvetage à opérer en hiver.

Vos opérations coûtent 4 millions d'euros chaque année. Comment les financez-vous ?

Nous sommes à 99% financés par le grand public et les fonds privés. Aujourd'hui, nous avons une visibilité de trois mois environ. Entre 1 et 2% des finances viennent de la Mairie de Paris et des parlementaires français. C'est un travail sans relâche que d'aller chercher des dons. J'en profite pour lancer un appel afin que les gens continuent de nous aider à maintenir ce navire en mer parce qu'il nous coûte 11 000 euros par jour.

Vous êtes à nouveau en ligne