Ce que l'on sait du naufrage d'une embarcation au large de Malte

Les forces armées maltaises remontent le corps d\'un migrant, samedi 12 octobre après le naufrage d\'un bateau la veille au large de l\'île.
Les forces armées maltaises remontent le corps d'un migrant, samedi 12 octobre après le naufrage d'un bateau la veille au large de l'île. (DARRIN ZAMMIT LUPI / REUTERS)

L'embarcation a chaviré entre la Libye, Malte et l'île de Lampedusa avec 230 migrants à son bord.

Après le naufrage de Lampedusa, nouveau drame en Méditerrannée. La marine italienne a annoncé, vendredi 11 octobre, qu'un bateau transportant des migrants avait chaviré dans les eaux territoriales maltaises. Environ 230 passagers sont tombés à la mer. Samedi 12 octobre, 146 survivants sont arrivés à la Valette, la capitale de la République de Malte.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, déjà, plus de 500 migrants ont été secourus dans le canal de Sicile, au cours de plusieurs opérations distinctes coordonnées par les garde-côtes italiens, ont annoncé les autorités.  

L'incertitude autour du bilan 

"Le dernier bilan fait état de 31 corps repêchés", affirme un porte-parole du gouvernement maltais. La Marine italienne évoque, de son côté, le chiffre de 34 corps récupérés, dont une grande partie de femmes et d'enfants. 

La Marine italienne annonce que 206 rescapés ont été repêchés. 

RENAUD BERNARD et EMILAN GUILLERME - FRANCE 2

Qu'est-il arrivé à cette embarcation ?

"Le bateau, qui a environ 200 immigrés à bord, s'est retourné, a d'abord annoncé Filippo Marini, commandant des garde-côtes italiens. Il s'agit d'un naufrage dans les eaux territoriales maltaises. Nous apportons notre aide aux autorités de Malte."

L'accident s'est produit dans une zone au centre d'un triangle entre Malte, la Libye et Lampedusa, à 60 milles au sud de la petite île sicilienne, selon une carte publiée sur son site par la marine maltaise. Le bateau a été déstabilisé et s'est renversé lorsque les immigrants se sont agités pour attirer l'attention d'un avion militaire qui le survolait, se déplaçant tous ensemble sur un côté. 

La marine maltaise a vite dépêché des navires de secours et des hélicoptères. Elle a aussi dérouté sur les lieux de l'accident plusieurs navires commerciaux, tandis que les autorités italiennes envoyaient deux navires militaires ainsi que des hélicoptères qui ont pu lancer des chaloupes de sauvetage gonflables. "Un grand nombre de rescapés ont pu trouver refuge sur un radeau de sauvetage déployé par l'armée", a précisé un porte-parole de l'armée maltaise.

EVN

A La Valette, le Premier ministre maltais Joseph Muscat a confirmé la mort "d'au moins 27 immigrés", lors d'une conférence de presse dans la soirée. "Les opérations de récupération des corps se poursuivent", a-t-il ajouté vers 22h30. L'agence italienne Ansa, qui avait annoncé un bilan d'une cinquantaine de morts, dont plusieurs femmes et une dizaine d'enfants, a indiqué plus tard que 33 corps avaient été retrouvés. Les navires de la marine militaire maltaise ont récupéré près de 150 immigrés dont 113 hommes, 20 femmes et 17 enfants. Quatre d'entre eux (un adulte et trois enfants dont deux "très jeunes") étaient décédés. L'hôpital de La Valette a été placé en alerte maximum.

Que sait-on des autres navires ?

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une première opération a permis de sauver 109 et 101 migrants. A bord de deux canots pneumatiques, ils avaient lancé un SOS, via un téléphone satellitaire, alors qu'ils se trouvaient encore dans les eaux libyennes. C'est un navire maltais qui les a récupérés et emmenés à Trapani, en Sicile.

Un bateau battant pavillon des Bahamas, a sauvé pour sa part 118 migrants, qui ont été conduits à Porto Empedocle, un autre port sicilien.

Deux embarcations, avec respectivement 65 et 110 migrants à bord, ont enfin été arraisonnées par un bateau de la marine, qui a fait appel à un remorqueur pour récupérer les réfugiés puis les amener à Syracuse.

Quelles réactions ?

Réagissant à ce nouveau drame de la mer, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström, a critiqué les pays d'où partent la plupart des bateaux: "La Libye, la Tunisie doivent faire cesser le business indigne des embarcations de fortune".

 

Pour la commissaire, "il est plus urgent que jamais de lancer la grande opération Frontex" qu'elle a annoncée en début de semaine à Luxembourg pour la surveillance des frontières européennes.

"C'est une nouvelle et dramatique confirmation de la situation d'urgence", a réagi le Président du Conseil italien Enrico Letta, déterminé à ce que ce thème soit à l'ordre du jour du prochain sommet de l'UE. "L'Italie et Malte ne peuvent pas être laissées seuls, c'est un problème européen", a renchéri le Premier ministre maltais, qui s'est entretenu par téléphone avec son homologue italien. "Tout ce que nous recevons de l'Europe, ce sont des mots", s'est-il insurgé.

Vous êtes à nouveau en ligne