VIDEO. Migrants : le dernier grand campement de Paris a été évacué

FRANCE 2

La police a procédé ce vendredi à l'évacuation du lycée désaffecté Jean-Quarré, dans le 19e arrondissement de Paris, investi depuis le mois de juillet par plusieurs centaines de migrants.

C'était le dernier grand campement de migrants de Paris. Plus de 700 personnes ont été évacuées vendredi 23 octobre du lycée Jean-Quarré, dans le calme et sous la surveillance d'un important dispositif de sécurité. Au total, 26 bus ont été affrétés pour les emmener vers quelque 900 places d'hébergement préparées pour les accueillir, selon les travailleurs sociaux et les agents des services d'immigration.

Débutée à 6h30, l'opération a duré quatre heures. "On n'a pas dormi de la nuit, on veut quitter", lançait en français un jeune homme, alors que l'évacuation n'avait pas encore commencé. "Je ne sais pas où je vais mais c'est toujours mieux qu'ici : on aura une douche, un repas, ici il y avait trop de bagarres", expliquait un Marocain, cramponné à deux valises archi-pleines.

Le lycée transformé en médiathèque

"Prenez votre temps, tout le monde sera logé", lançait en anglais dans un mégaphone Pascal Brice, de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), aux réfugiés qui se bousculaient, dans l'impasse transformée en goulet, pour être les premiers à monter dans les bus.

Depuis cet été, de 700 à 800 personnes, parmi lesquelles de nombreux Afghans et Soudanais, mais aussi des Erythréens et des individus originaires de pays du Maghreb, vivent dans cet établissement. Fin septembre, le tribunal administratif de Paris leur avait donné un mois pour quitter les lieux, faute de quoi la police pourrait intervenir.
 
La mairie de Paris projette de rénover le bâtiment pour en faire provisoirement un centre d'hébergement d'urgence pour migrants et, à plus long terme, une médiathèque. Le lycée Jean-Quarré était le dernier gros campement de migrants à Paris, après l'évacuation de ceux installés sous le métro La Chapelle début juin et près de la gare d'Austerlitz à la mi-septembre.
 
Vous êtes à nouveau en ligne