VIDEO. Le camp de migrants de Grande-Synthe détruit par les flammes

Après des bagarres, un violent incendie a ravagé les chalets en bois du camp de La Linière, qui abritait quelque 1 500 migrants.

Le camp de migrants de Grande-Synthe (Nord) est ravagé. Après des bagarres, un violent incendie a détruit l'essentiel de ses 300 chalets, lundi 10 avril. Vers minuit, lundi soir, le camp dit de La Linière, voulu par le maire écologiste Damien Carême, pour abriter les migrants dans des conditions décentes, a été réduit à un "amas de cendres" et "il sera impossible de remettre des cabanons à la place de ceux qui existaient auparavant", a déclaré à la presse le préfet du Nord.

A l'origine, une rixe qui a fait six blessés

Le sinistre, extrêmement violent, s'est déclaré "en fin d'après-midi, vers 18 heures", selon Olivier Caremelle, directeur de cabinet du maire, joint par l'AFP. Une rixe entre Afghans et Kurdes, qui a d'abord fait dans l'après-midi six blessés à l'arme blanche, est à l'origine de l'incendie, selon le préfet du Nord Michel Lalande. "Il a dû y avoir des mises à feu volontaires en plusieurs endroits différents, ce n'est pas possible autrement. Il semble que ce soit lié à des rixes, entre Irakiens et Afghans, c'est l'enquête qui le dira", a déclaré de son côté Olivier Caremelle.

Selon le Centre opérationnel d'incendie et de secours (Codis) du Nord, l'incendie a fait une dizaine de blessés au moins. Les migrants ont été évacués du camp et seront relogés dans des hébergements d'urgence, a assuré le préfet, précisant que la ville de Grande-Synthe avait d'ores et déjà mis à disposition deux gymnases.

Vous êtes à nouveau en ligne