VIDEO. La police macédonienne utilise du gaz lacrymogène pour éloigner les migrants à la frontière grecque

REUTERS et APTN

Tous les jours depuis dimanche, les migrants tentent de s'approcher de la clôture dressée pour empêcher leur passage en Macédoine.

L'usage de gaz lacrymogènes par la police macédonienne vers les migrants massés à Idomeni a repris lorsqu'une centaine de réfugiés se sont attaqués à la barrière qui ferme la frontière entre la Grèce et la Macédoine ce mercredi 13 avril.

Depuis dimanche, les migrants essayent chaque jour de s'approcher de la clôture dressée par les autorités macédoniennes pour empêcher leur passage sur le territoire. Ils manifestaient "pour l'ouverture des frontières". Des incidents violents sont survenus au même endroit dimanche, au moins 260 migrants y ont été blessés.

10 600 personnes dans le camp sordide d'Idomeni

Médecins sans frontières (MSF) avait relevé des impacts de balles en caoutchouc, mais le gouvernement macédonien avait démenti l'utilisation de tels projectiles. Athènes avait néanmoins fortement condamné l'usage de la force contre les migrants, mais les autorités macédoniennes avaient renvoyé la responsabilité à leurs homologues grecs, les accusant de passivité. 10 600 personnes sont toujours dans le camp d'Idomeni, espérant toujours l'ouverture de la frontière.

Vous êtes à nouveau en ligne