Un enfant retrouvé mort dans le train d'atterrissage d'un avion arrivé à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, en provenance d'Abidjan

Un Boeing 777 de la compagnie Air France à l\'aéroport Roissy-Charles de Gaulle le 27 juin 2019.
Un Boeing 777 de la compagnie Air France à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle le 27 juin 2019. (JOEL SAGET / AFP)

L'avion, un Boeing 777, avait décollé de la capitale économique ivoirienne mardi soir et s'est posé peu après 6 heures à Paris.

Une personne a été retrouvée morte, mercredi 8 janvier, dans le train d’atterrissage d'un avion d'Air France arrivé à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, en provenance d'Abidjan, a indiqué la compagnie dans un tweet. Il s'agit d'un enfant d'une dizaine d'années, précise une source proche de l'enquête à franceinfo. 

"Le corps sans vie d’un passager clandestin a été découvert dans le puits du train d'atterrissage de l’appareil effectuant le vol AF703 reliant Abidjan à Paris-Charles de Gaulle le 7 janvier 2020, écrit Air France. La compagnie exprime sa compassion et déplore ce drame humain. Une enquête est en cours."

Des températures de -50°C en altitude

Selon une source policière à France Télévisions, l'enfant a été retrouvé mort à 6h20 ce matin, dans le train d'atterrissage de l'aile gauche de l'appareil. La police aux frontières a effectué les premières constatations. Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) et confiée à la gendarmerie de Roissy. Un examen du corps de la victime, dont le parquet ignore l'identité et l'âge, devrait être réalisé dans la journée.

En France, le dernier cas de passager clandestin retrouvé mort de froid ou écrasé dans des soutes de train d'atterrissage date d'avril 2013. Le cadavre d'un garçon probablement mineur, candidat malheureux à l'immigration, avait été retrouvé à Roissy dans le train d'atterrissage d'un avion en provenance du Cameroun.

Les températures descendent à -50°C entre 9 000 et 10 000 mètres, altitude à laquelle volent les avions de ligne. Et les logements de train d'atterrissage ne sont ni chauffés, ni pressurisés.

Vous êtes à nouveau en ligne