Six pays de l'Union européenne sont prêts à recevoir des migrants secourus par le navire "Open Arms", annonce l'Italie

Le navire de l\'ONG espagnole Proactiva Open Arms près de l\'île de Lampedusa, le 15 août 2019.
Le navire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms près de l'île de Lampedusa, le 15 août 2019. (PROACTIVA OPEN ARMS)

La France, l'Allemagne, la Roumanie, le Portugal, l'Espagne et le Luxembourg se disent prêts à recevoir une partie des migrants qui sont actuellemnt sur le navire de l'ONG Proactiva Open Arms, qui cherche un port d'accueil depuis plusieurs jours.

Six pays de l'UE ont accepté d'accueillir une partie des 147 migrants embarqués sur le navire humanitaire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms, qui se trouve depuis jeudi au large de l'île italienne de Lampedusa, a annoncé jeudi 15 août le président du Conseil italien, Giuseppe Conte. "La France, l'Allemagne, la Roumanie, le Portugal, l'Espagne et le Luxembourg viennent à peine de m'indiquer qu'il sont prêts à recevoir des migrants", a écrit Giuseppe Conte dans une lettre ouverte adressée au ministre italien de l'Intérieur, leader de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini. L'Italie, de son côté, ne souhaite pas accueillir ces migrants.

Un revers pour Matteo Salvini

Cette décision contrecarre les dernières prises de position de Matteo Salvini. Ce dernier réclame une rotation en Europe des ports de débarquement et a signé, début août, un décret interdisant, au nom de la défense de l'ordre public, les eaux italiennes à l'Open Arms. Une décision prise par un tribunal administratif, à la suite d'un recours de l'ONG Proactiva Open Arms, avait toutefois suspendu ce texte. Dans la foulée, Matteo Salvini a signé un nouveau décret pour barrer la route au bateau.

"J'ai décidé de ne pas signer le nouveau décret du ministre de l'Intérieur destiné à empêcher l'entrée, le transit et l'arrêt dans les eaux territoriales du bateau de l'ONG Open Arms", lui a rétorqué la ministre de la Défense italienne Elisabetta Trenta (membre du Mouvement 5 étoiles). Nous ne devons jamais oublier que derrière les polémiques de ces derniers jours, il y a des enfants et des jeunes qui ont souffert de violences et d'abus de tous types. La politique ne peut jamais perdre de vue l'humanité."

"C'est grâce à ce concept présumé 'd'humanité' que, dans les années de gouvernement démocrate, l'Italie est devenue le camp de réfugiés de l'Europe", a assené Matteo Salvini sur Twitter, jugeant que "l'humanité c'est investir sérieusement en Afrique, certainement pas d'ouvrir les ports italiens".

Vous êtes à nouveau en ligne