Référendum antimigrants en Hongrie : Viktor Orban perd son pari

Des femmes portant des tenues traditionnelles votent lors du référendum du 2 octobre 2016, à Budapest (Hongrie).
Des femmes portant des tenues traditionnelles votent lors du référendum du 2 octobre 2016, à Budapest (Hongrie). (ARPAD KURUCZ / ANADOLU AGENCY / AFP)

Malgré une large victoire, dimanche, le Premier ministre hongrois n'a pas réussi à mobiliser assez d'électeurs pour que le scrutin soit validé.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a essuyé un semi-échec, dimanche 2 octobre, dans son référendum antimigrants en forme de défi à l'Union européenne. Selon les premiers chiffres communiqués par son parti, il n'a pas réussi à mobiliser un nombre suffisant d'électeurs pour que le vote soit enregistré. L'opposition avait appelé au boycott ou au vote nul.

Comme escompté, le non aux relocalisations de réfugiés au sein de l'UE l'a emporté largement (95%), d'après des sondages de sortie des urnes communiqués par le parti Fidesz. La consultation est toutefois invalidée, car le taux requis de 50% de suffrages exprimés n'est pas atteint. La participation s'est élevée à 45%, selon le vice-président du parti.

Un "fiasco", selon le Jobbik

"Sur la base de ces chiffres, nous pouvons légitimement dire que cette journée a apporté une victoire éclatante pour tous ceux qui rejettent la relocalisation forcée", a déclaré le vice-président de la Fidesz.

De son côté, le parti d'opposition ultranationaliste Jobbik a qualifié le référendum de "fiasco" et a appelé à la démission du Premier ministre s'il se confirme que le scrutin est bien invalide faute d'un nombre suffisant de votants.

Viktor Orban, au pouvoir depuis 2010, figure parmi les opposants les plus résolus à l'accueil de migrants dans l'UE. Il a fait ériger une clôture de barbelés le long de la frontière sud du pays, surveillée par des policiers et des militaires. Avec d'autres anciens pays communistes d'Europe de l'Est, la Hongrie s'oppose à la politique de répartition proportionnelle des réfugiés dans les Etats membres de l'UE.

Vous êtes à nouveau en ligne