Qui est Carola Rackete, la capitaine du "Sea-Watch", poursuivie pour avoir secouru des migrants en Méditerranée ?

Une photo non datée de la capitaine du bateau \"Sea-Watch 3\", Carola Rackete.
Une photo non datée de la capitaine du bateau "Sea-Watch 3", Carola Rackete. (SEA WATCH / AFP)

Cette militante de 31 ans doit s'expliquer jeudi devant les procureurs italiens qui la soupçonnent d'aide à l'immigration clandestine. 

La jeune capitaine du Sea-Watch 3, poursuivie pour avoir accosté de force pour faire débarquer des migrants à Lampedusa, sera entendue, jeudi 18 juillet, devant les procureurs italiens. L’audition, reportée de dix jours en raison d’une grève des avocats pénalistes italiens, doit débuter à 10 heures devant un juge d’Agrigente, le chef-lieu sicilien dont dépend Lampedusa.

Carole Rackete a été arrêtée le 29 juin après son accostage forcé avec 42 migrants à bord. Après avoir bravé l'interdiction du gouvernement italien, cette Allemande de 31 ans est désormais accusée de "résistance à un bateau militaire", ce qui est passible de dix ans d'emprisonnement. Mais qui est cette jeune femme qui défend ses convictions au risque de la prison ? 

Une écologiste spécialiste du froid et capable de "naviguer au milieu des glaces"

Elle est née à Kiel, au bord de la Baltique, dans le nord de l'Allemagne. Si les  images diffusées sur les réseaux sociaux par l'ONG Sea-Watch la montrent en débardeur sous le soleil méditerranéen, sa spécialité de départ est plutôt le froid et la recherche polaire, en Arctique et en Antarctique. "J'ai toujours vraiment aimé les zones polaires, parce qu'elles sont très belles et inspirantes. Mais y travailler est parfois triste parce qu'on y voit directement ce que les humains font à la planète", explique-t-elle à l'AFP. Son CV sur LinkedIn mentionne ses études en sciences de l'environnement à l'université d'Edge Hill, en Grande-Bretagne, et ses expéditions en Arctique pour étudier l'impact du dérèglement climatique. 

Parallèlement, elle se forme à la navigation. Parmi ses compétences revendiquées sur LinkedIn : "naviguer au milieu des glaces". Elle est montée à bord de plusieurs bateaux croisant en Arctique, dont l'un appartenant à Greenpeace, comme officier de marine, avant de devenir capitaine du Sea-Watch.

Une volontaire humanitaire en Méditerranée, fidèle à ses convictions

C'est à partir de 2016 que la jeune femme s'engage comme bénévole en Méditerranée. Elle commande le navire humanitaire Sea-Watch, qui porte secours aux naufragés. Elle participe aussi aux missions aériennes de Pilotes volontaires, une ONG qui tente de repérer les bateaux de migrants au large de la Libye. "Dans la carlingue qui fonce à plus de 250 km/h, à 700 mètres au-dessus de la mer, Carola Rackete (...) balaye la mer avec ses jumelles tout en écoutant la fréquence radio commune des navires de la zone", décrit Le Monde.

Depuis plusieurs mois, les navires humanitaires en Méditerranée sont montrés du doigt par plusieurs gouvernements européens, dont l'Italie, qui les désignent comme complices des passeurs. Carola Rackete, elle, considère que "si tu as besoin d'être secouru, tout le monde a le devoir de te secourir". "Peu importe comment tu arrives dans une situation de détresse. Les pompiers s'en moquent, les hôpitaux s'en moquent, le droit maritime s'en moque", tranche-t-elle. Elle assume ses convictions : "Nous, les Européens, avons permis à nos gouvernements de construire un mur en mer. Il y a une société civile qui se bat contre cela et j'en fais partie."

Une "emmerdeuse" pour les uns, une héroïne pour les autres

Lors de sa cinquième (et dernière) mission en mer, Carola Rackete recueille 42 migrants. Aucun pays européen n'accepte d'ouvrir ses ports au bateau. Elle prend alors la décision de forcer le blocus imposé par Matteo Salvini et d'entrer dans les eaux italiennes "quoi qu'il en coûte" pour aller débarquer dans le port de Lampedusa. Le ministre de l'Intérieur italien l'avait prévenue le 26 juin : "Ceux qui se foutent des règles doivent en répondre, je le dis aussi à cette emmerdeuse de capitaine du Sea-Watch qui fait de la politique sur la peau des immigrés, payée par on ne sait qui." 

Carola Rackete n'a pas reculé. Et sa décision divise. Samedi, de nombreux habitants ont applaudi lorsqu'elle est apparue à la descente du navire, encadrée par les policiers. "Les menottes !", "Honte !", "Va-t'en !" ont-ils crié en applaudissant les forces de l'ordre, comme le montre cette vidéo relayée sur les réseaux sociaux. 

A l'inverse, d'autres la considèrent comme une héroïne, saluant son courage et sa détermination. Sur les réseaux sociaux, ils réclament sa remise en liberté avec les mots-clés "Free Carola" (libérez Carola) ou #CarolaRackete. Une cagnotte lancée sur Facebook pour payer les frais de justice de l'ONG et de la capitaine a récolté plus de 365 000 euros ces derniers jours.

Vous êtes à nouveau en ligne