Plus de 230 migrants portés disparus au large de la Libye après deux naufrages en Méditerranée

Des migrants arrivent à Tripoli (Libye), après avoir été secourus par les gardes-côtes libyens en Méditerranée, le 6 mai 2017.
Des migrants arrivent à Tripoli (Libye), après avoir été secourus par les gardes-côtes libyens en Méditerranée, le 6 mai 2017. (MAHMUD TURKIA / AFP)

Vendredi et samedi, plus de 6 000 personnes ont été secourues au large alors qu'elles tentaient de traverser la Méditerranée. 

Terrible week-end en Méditerranée. Onze migrants sont morts et plus de 230 autres sont portés disparus après deux naufrages au large de la Libye, ont annoncé le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et la marine libyenne, lundi 8 mai. Un décompte établi à partir des témoignages de rescapés.

Le premier naufrage est celui d'un canot pneumatique parti vendredi matin des côtes libyennes, qui s'est dégonflé avant de se renverser. Une cinquantaine de survivants ont été secourus par un porte-conteneur danois, mais le bateau transportait 132 personnes, dont des femmes et des enfants, selon les rescapés, débarqués en Sicile dimanche.

Onze corps retrouvés sur une plage libyenne

Dimanche, sept migrants ont été secourus par des pêcheurs et des gardes-côtes libyens au large de Tripoli. Selon un représentant de l'OIM, ils ont expliqué être partis à 170 sur un canot, dont 35 femmes et neuf mineurs.

Lundi, les corps de dix femmes et d'un enfant ont été découverts sur une plage, 50 kilomètres plus loin, sans que l'on sache s'ils étaient passagers de la même embarcation que les sept rescapés.

Plus de 6 000 migrants ont été secourus vendredi et samedi dans les eaux internationales au large de la Libye et conduits en Italie, tandis que plusieurs centaines d'autres ont été secourus dans les eaux libyennes et reconduits en Libye.

Depuis le début de l'année, plus de 43 000 migrants sont arrivés en Italie, selon le ministère italien de l'Intérieur. Plus d'un millier d'autres sont morts en Méditerranée, selon le HCR et l'OIM.