L'Espagne va surélever les clôtures frontalières à Ceuta, son enclave au Maroc

Une double clôture métallique sépare l\'enclave espagnole de Ceuta du nord du Maroc depuis 1999.
Une double clôture métallique sépare l'enclave espagnole de Ceuta du nord du Maroc depuis 1999. (FADEL SENNA / AFP)

Confrontée à une forte pression migratoire, l'Espagne augmentera d'ici à la mi-avril 2019 la hauteur des doubles clôtures frontalières qui séparent le Maroc de son enclave de Ceuta, a annoncé le ministère espagnol de l'Intérieur le 23 février. Ce dernier a aussi indiqué que les barbelés seraient remplacés par du matériel non blessant.

Erigée en 1999, la double clôture grillagée longue de 8 km avait déjà fait l'objet d'une augmentation de sa hauteur, passant de trois à six mètres en 2005.

Cette fois, "la hauteur de la clôture sera augmentée de 30%, atteignant les dix mètres, là où se sont produites le plus d'entrées", a annoncé le ministre espagnol de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, dans un communiqué de son ministère à l'occasion d'une visite à Ceuta.

Le texte stipule également que "tous les barbelés (à Ceuta) seront remplacés par un élément (...) qui garantira la sécurité sans blesser, tout le long de la clôture", mais aucun détail n'a été fourni.

Ces dernières années, la clôture a été prise d'assaut à plusieurs reprises par des migrants africains qui cherchaient à pénétrer dans l'enclave espagnole, laquelle, avec celle de Melilla, constitue la seule frontière terrestre entre l'Afrique et l'Union européenne.

Des ONG réclamaient le retrait des barbelés

Certains de ces assauts ont été violents, comme ceux de juillet et août 2018, quand les migrants ont pénétré dans Ceuta en lançant de la chaux vive et des excréments contre les forces de l'ordre, blessant plusieurs d'entre eux.

Il peut arriver aussi que des migrants se coupent les mains, les bras ou les jambes contre les barbelés lors de leur tentative. Des organisations de défense des droits de l'Homme réclamaient leur retrait.

Le but est d'"avoir une frontière plus sûre, plus moderne et dotée de moyens technologiques plus sophistiqués", explique Madrid. Il est notamment question de systèmes de reconnaissance faciale aux passages frontaliers et de l'amélioration des systèmes de vidéosurveillance.

Selon les chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur, 726 migrants ont gagné Ceuta et Melilla illégalement entre le 1er janvier et le 13 février 2019 par voie de terre. Au cours de la même période, 4 889 autres migrants ont accosté sur les côtes espagnoles à bord d'embarcations diverses. Aujourd'hui, les côtes espagnoles constituent la principale voie d'entrée par mer dans l'UE des migrants irréguliers.

Vous êtes à nouveau en ligne