Environ 700 migrants ont péri en une semaine en Méditerranée, selon l'ONU

Des migrants sont secourus par des garde-côtes italiens, le 27 mai 2016, au large de la Sicile.
Des migrants sont secourus par des garde-côtes italiens, le 27 mai 2016, au large de la Sicile. (GUARDIA COSTIERA / AFP)

Cette estimation a été dévoilée, dimanche, par le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

Ils ont péri dans des conditions atroces, dans trois naufrages au large de la Libye. Près de 700 migrants, dont une quarantaine d'enfants, auraient trouvé la mort au cours de la semaine écoulée en tentant de gagner l'Italie, selon un bilan dévoilé par l'ONU, dimanche 29 mai.

"La situation est chaotique, nous ne sommes pas sûrs des chiffres, mais nous craignons que jusqu'à 700 personnes se soient noyées lors de trois naufrages cette semaine", a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Environ 500 victimes jeudi

Secourus jusque dans les ports italiens de Tarente et de Pozzallo, des survivants ont raconté au HCR et à l'ONG Save the Children comment leur bateau avait fait naufrage, jeudi matin, après avoir quitté le port de Sabrata, en Libye. "Les survivants disent que plus de 500 personnes sont mortes" dans ce naufrage, selon le HCR. 

Les survivants ont indiqué qu'environ 1 100 personnes avaient embarqué à bord de deux bateaux de pêche et d'un canot pneumatique. "Le premier bateau, qui transportait quelque 500 personnes, remorquait le deuxième, à bord duquel se trouvaient également environ 500 [migrants], selon Save the Children. Mais le deuxième bateau a commencé à chavirer, certaines personnes ont tenté de nager vers le premier bateau, d'autres se sont accrochées au câble reliant les deux embarcations." 

Selon les survivants, le capitaine du premier bateau a alors coupé le câble qui, en cédant, a tranché la gorge d'une femme. Le deuxième bateau a rapidement fait naufrage. Le capitaine, un Soudanais, a été arrêté à son arrivée à Pozallo avec trois autres trafiquants présumés, selon les médias italiens.

"Pendant 2 heures, nous nous sommes battus contre l'eau"

"Nous avons tout fait pour arrêter l'eau, pour écoper, a raconté une fillette nigériane cité par le quotidien La StampaNous avons utilisé nos mains, des verres en plastique. Pendant deux heures, nous nous sommes battus contre l'eau, en vain. L'eau a commencé à inonder le bateau, et ceux qui se trouvaient sous le pont n'avaient aucune chance. Des femmes, des hommes, des enfants, beaucoup d'enfants, ont été pris au piège et sont morts."

Une centaine d'autres personnes sont portées disparues depuis le naufrage d'une autre embarcation mercredi. La marine italienne a pour sa part annoncé avoir repêché 45 corps après un troisième naufrage, vendredi.