Débarquement de l'"Ocean Viking" en Italie : "C'est un soulagement pour nous, un signe extrêmement encourageant"

Des migrants sauvés par les secours du navire \"Ocean Viking\", le 23 août 2019.
Des migrants sauvés par les secours du navire "Ocean Viking", le 23 août 2019. (ANNE CHAON / AFP)

"C'est une situation extrêmement précaire sur un navire de sauvetage donc c'est très important que les personnes soient débarquées en lieu sûr le plus tôt possible", explique le directeur des opérations de SOS Méditerranée.

L'Ocean Viking a été autorisé, samedi 14 septembre, à accoster sur l'île de Lampedusa en Italie. Depuis plusieurs jours, il attendait un port sûr pour débarquer 82 migrants secourus en mer. "C'est un soulagement pour nous, un signe extrêmement encourageant", a déclaré sur franceinfo Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS Méditerranée.

franceinfo : Avez-vous reçu cette autorisation rapidement ?

Frédéric Penard : On l'a reçue six jours après le premier sauvetage de l'Ocean Viking. Pendant ce temps, les personnes à bord ont traversé des tempêtes, de la pluie. C'est un soulagement pour nous que ces personnes qui ont traversé les pires horreurs en Libye, qui ont dérivé en mer sur des bateaux de fortune, soient prises en charge dans quelques heures.

Quel est leur état de santé ? Quel est leur profil ?

Il y a des mineurs, deux femmes enceintes, dont une dans une situation à risque qui a été évacuée par hélicoptère vers Malte. C'est une situation extrêmement précaire sur un navire de sauvetage donc c'est très important que les personnes soient débarquées en lieu sûr le plus tôt possible.

L'Italie a changé de gouvernement depuis votre dernier sauvetage. Cette autorisation est-elle un signe d'un réel changement politique ?

L'histoire le dira. C'est un changement important. Depuis un an et demi l'Italie n'avait pas pris part activement au mécanisme, mais elle a fait beaucoup depuis des années pour prendre en charge les personnes en détresse en Méditerranée. Pour nous c'est un signe extrêmement encourageant du fait que les États européens ont peut-être retrouvé la raison et vont se mettre en ordre de marche pour trouver des solutions pérennes, qui permettent de respecter le droit maritime et que les personnes soient débarquées le plus vite possible. Il ne faut pas confondre ça avec de la politique. L'enjeu c'est de secourir des personnes qui sont en danger en mer et de pouvoir les emmener en port sûr. Les questions politiques déterminent le débarquement, mais elles ne devraient pas.

Vous êtes à nouveau en ligne