Circulaire sur les migrants : Gérard Collomb en a "marre de passer pour le facho de service"

Gerard Collomb, le 2 novembre 2017.
Gerard Collomb, le 2 novembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Selon "Le Canard enchaîné", le ministre de l'Intérieur supporte mal les critiques concernant la politique migratoire qu'il est chargé de mettre en place.

Le ministre de l'Intérieur pousse un coup de gueule en privé, a révélé Le Canard enchaîné, dans son édition de mercredi 27 décembre. Selon l'hebdomadaire satirique, Gérard Collomb supporte mal les critiques qui lui sont faites au sujet de la politique migratoire qu'il est chargé de mettre en place : "le procès que l'on me fait est assez malhonnête", a-t-il estimé, ajoutant en avoir "un peu marre de passer pour le facho de service." 

Son projet prévoit notamment un recensement des migrants dans les centres d'hébergement d'urgence. A l'annonce ce cette circulaire controversée, le défenseur des droits, Jacques Toubon, avait aussitôt été alerté par des associations craignant une atteinte aux droits des personnes étrangères. Ce dernier avait envoyé "des observations" au ministre de l'Intérieur. 

"Je suis bien seul aux avant-postes"

"Si l'on veut vraiment agir pour protéger les migrants qui risquent leur vie dans les pays dont ils viennent, il faut bien savoir qui est qui", aurait déclaré Gérard Collomb à ses proches, toujours selon les propos rapporté au Canard enchaîné. "Et s'ils ont droit à l'asile politique ou pas. Car si ce sont des Syriens, des Érythréens ou des Soudanais, ce n'est pas la même chose que s'ils sont Sénégalais."

Selon ces mêmes proches, l'ancien maire de Lyon a aussi déclaré que "du côté du gouvernement, on ne se bouscule pas pour me soutenir. J'ai plutôt l'impression qu'Édouard Philippe compte les points, reçoit les associations, mais ne se mouille pas." "Je suis bien seul aux avant-postes, et, lorsque je me retourne, j'ai l'impression qu'il n'y a personne derrière moi."

Vous êtes à nouveau en ligne