Cécile Duflot juge "aberrant" que des habitants soient devant la justice pour avoir aidé des migrants

Un migrant accueilli dans le village de Breil-sur-Roya, le 25 octobre 2016.
Un migrant accueilli dans le village de Breil-sur-Roya, le 25 octobre 2016. (MARCO BERTORELLO / AFP)

Cécile Duflot a jugé "aberrant" que deux habitants de Breil-sur-Roya, à la frontière italienne, soient devant la justice pour avoir aidé des migrants.

Cécile Duflot a jugé mercredi 23 novembre sur France Bleu Azur "aberrant" que des habitants de la Vallée de la Roya (Alpes-Maritimes) soient devant la justice pour avoir aidé des migrants.

La députée écologiste est depuis mardi dans les Alpes-Maritimes, pour apporter son soutien à deux habitants convoqués devant le tribunal correctionnel de Nice, pour "aide à l'entrée, à la circulation et au séjour d'étrangers en situation irrégulière" et pour "installation d'une habitation dans des locaux privés".

Le délit de solidarité abrogé depuis 2012

Cécile Duflot a expliqué que, depuis décembre 2012, le "délit de solidarité" a été "abrogé" pour éviter de "mettre en cause les citoyens qui aident à titre personnel et humanitaire" des hommes et femmes en "détresse." Ce qui est illégale, "c'est la non-assistance en danger", a-t-elle rappelé.

L’ancienne ministre a estimé également que "dans les Alpes-Maritimes, on essaie d’impressionner et de faire peur à ceux qui aident les migrants". Cécile Duflot a dit espéré que "le tribunal sera sage face à des hommes qui font preuve d’humanité".

Dans la vallée de Roya, nouveau point de passage entre la France et l'Italie, les migrants sont de plus en plus nombreux. Le maire de Breil-sur-Roya s'est dit "démuni"  face à cette situation, sur France Bleu Azur, réclamant une action plus forte de l'Etat.

Vous êtes à nouveau en ligne