Calais : le démantèlement de la "jungle" a concerné "7 424 personnes", selon Bruno Le Roux

Destructions en cours sur le site de l\'ancienne \"jungle\" de Calais, en novembre 2016
Destructions en cours sur le site de l'ancienne "jungle" de Calais, en novembre 2016 (JULIEN PITINOME / ANADOLU AGENCY)

Bruno Le Roux a dressé le bilan du démantèlement de la "jungle" de Calais mardi devant l'Assemblée nationale. Selon le ministre de l'Intérieur, 7 424 personnes en ont été délogées. 

Interpellé par Michèle Delaunay, députée socialiste de Gironde, lors des questions au gouvernement mardi 7 février à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux a dressé un bilan chiffré du démantèlement de la "jungle" de Calais intervenu fin octobre 2016. L'opération "a concerné 7 424 personnes, dont 4 566 majeurs qui ont été orientés en centre d'accueil et d'orientation, a-t-il précisé, et 1 952 mineurs, orientés en centre d'accueil et d'orientation pour mineurs isolés".

Objectif : éviter un nouveau campement à Calais

Concernant les mineurs souhaitant rejoindre le Royaume-Uni, Bruno Le Roux a souligné que "400 transferts de mineurs" avaient déjà été réalisés "avant la procédure de démantèlement". "Après la procédure, 485 se sont ajoutés. Il y a aujourd'hui plus de 400 dossiers en contestation", a -t-il complété.

Le ministre de l'Intérieur demande aux autorités britanniques de respecter strictement deux critères essentiels aux transferts des mineurs, à savoir "la capacité à avoir des relations familiales aujourd'hui au Royaume-Uni et le critère de vulnérabilité""Je demande, ajoute Bruno Le Roux, un respect strict de ces critères de la part des autorités britanniques, sinon il y aura de la part de ces mineurs un sentiment d'injustice".

Et de conclure : "Nous mettons tout en œuvre pour qu'il n'y ait aucun nouveau campement à Calais". Fin janvier, des associations présentes sur place affirmaient à franceinfo qu'une trentaine de migrants arrivaient chaque jour sur l'ancien site de la "jungle".

Vous êtes à nouveau en ligne