Les propos de Christophe Castaner sur les ONG "complices des passeurs" en Méditerranée "sont totalement scandaleux"

Le navire l\'\"Aquarius\" le 15 août 2018 à Malte.
Le navire l'"Aquarius" le 15 août 2018 à Malte. (MATTHEW MIRABELLI / AFP)

Fabienne Lassalle, directrice adjointe de l'ONG SOS Méditerranée, a réagi sur franceinfo aux propos tenus par le ministre de l'Intérieur.

Les propos du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, sur les ONG "complices des passeurs" en Méditerranée, "sont totalement scandaleux", a déclaré sur franceinfo Fabienne Lassalle, directrice adjointe de l'ONG SOS Méditerranée.

Le ministre a dénoncé "une réelle collusion" des ONG avec les passeurs, en affirmant que certaines "étaient en contact téléphonique avec des passeurs", lors de la conférence de presse finale des ministres de l'Intérieur du G7 à Paris vendredi 5 avril.

"On est face à un discours récurrent qui vise à criminaliser l’action des ONG, sans que jamais cela ne soit démontré. Aucune de ces accusations n’a, à ce jour, trouvé le moindre fondement. Il n’y a pas de preuve et ce n’est pas vrai", a affirmé la directrice adjointe de l'ONG SOS-Méditerranée.

franceinfo : Comment avez-vous réagi aux propos de Christophe Castaner ce vendredi ?

Fabienne Lassalle : Les propos de monsieur Castaner sont totalement scandaleux. Ils ne sont étayés d’aucune preuve. Jamais il n’y a eu la moindre collusion, le moindre appel téléphonique par exemple entre l’ONG SOS Méditerranée et son navire l’Aquarius avec les passeurs et ce que j’en sais, c’est le cas aussi des autres associations de sauvetage. On est face à un discours récurrent qui vise à criminaliser l’action des ONG, sans que jamais cela ne soit démontré. Aucune de ces accusations n’a, à ce jour, trouvé le moindre fondement. Il n’y a pas de preuve et ce n’est pas vrai. L’ONG SOS méditerranée a toujours fait preuve de la plus grande transparence, avec des journalistes à son bord, avec un site où toutes les informations qui arrivaient et partaient du navire étaient accessibles en temps réels.

Le ministre dit : "On a observé de manière documentée"… Il l’affirme...

Monsieur Castaner, donnez-nous ces éléments. J’en appelle à sa responsabilité, à la responsabilité des Etats qui n’hésitent pas à diminuer les moyens en mer pour aller secourir celles et ceux qui se noient. Depuis l’été 2017, on laisse entendre que les ONG ne font pas leur travail correctement.

Comment expliquez-vous cette fermeté de ton ?

Dois-je y voir un accent politique ? On relaie un discours qui veut éloigner les ONG de la Méditerranée pour détourner le regard sur ce qui s’y passe. Il y a des morts, plusieurs centaines depuis ce début d’année, et on laisse la main aux garde-côtes libyens pour ramener dans cet enfer ceux qui cherchent à fuir l’enfer libyen. On cherche à détourner leur regard et à détourner les ONG pour qu’on ne voie plus tout ce qui se passe en Méditerranée.

Vous êtes à nouveau en ligne