Désintox. Non, les migrants de l'Aquarius n'ont pas jeté de vêtements donnés par la Croix Rouge

Il y a des fake news dans le sillage de l’Aquarius, ce bateau débouté de Malte et d’Italie, qui a finalement été accueilli par l’Espagne.

Quelques jours après l’arrivée à Valence des réfugiés sauvés par l’ONG SOS Méditerranée, l’extrême-droite espagnole s’est emparée de photos prises dans l’un des centres d’accueil pour en conclure que les migrants avaient jeté dans la rue une pile de vêtements donnés par la Croix Rouge.

C’est d’abord une femme politique espagnole, Cristina Segui, qui s’est étonnée de voir que les vêtements donnés n’étaient vraisemblablement pas « au goût de ces nouveaux invités ». En France, c’est le référent départemental du FNJ Gard qui a dénoncé cette supposée action des migrants. Les photos ont aussi passé les frontières en Italie et en Allemagne… Cependant, s’il est vrai que les clichés ont bien été pris dans un centre sportif ayant accueilli des migrants de l’Aquarius, ils ont été sortis de leur contexte.

La Croix Rouge explique que ces vêtements n’ont pas été jetés sur la voie publique, mais avaient vocation à être détruit. Un protocole préventif sanitaire est mis en place à l’arrivée au port des migrants. Ce ne sont donc pas les migrants qui les ont jetés dans ces poubelles. Des vêtements leur sont fournis avant d'être récupérés par la Croix Rouge et détruits afin de prévenir la propagation de maladies contagieuses comme la gale. Les bacs contenant les tenues usagées ont depuis été ramassés par une entreprise spécialisée, et leur contenu détruit.

Qu’importe les nombreux démentis de la Croix Rouge, les photos continuent de circuler sans entraves à travers l’Europe, en dépit de leur légende erronée.

Retrouvez Désintox du lundi au jeudi, dans l'émission 28 minutes sur Arte, présentée par Elisabeth Quin.

Sur Facebook : https://www.facebook.com/DesintoxLiberation/
Sur Twitter : https://twitter.com/Artedesintox
Sur instagram : https://www.instagram.com/artedesintox/
Sur le site d'Arte : http://28minutes.arte.tv/

Vous êtes à nouveau en ligne