600 migrants morts en mer en 4 semaines : "En tant qu'humain, en tant que marin, c'est absolument insoutenable"

Des personnes sur la bâteau de SOS Méditerranée, \"l\'Aquarius\", le 29 juin 2018.
Des personnes sur la bâteau de SOS Méditerranée, "l'Aquarius", le 29 juin 2018. (BORIS HORVAT / AFP)

Ludovic Duguépéroux, marin sauveteur à bord de "l’Aquarius", a tenu, vendredi sur franceinfo, a salué le travail des garde-côtes italiens, car "cela fait 20 ans qu'ils sauvent des vies".

Plus de 600 migrants sont morts en Méditerranée au cours des quatre dernières semaines, selon des chiffres du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), relayé par Médecin sans frontières. "En tant qu'humain, en tant que marin, c'est absolument insoutenable de voir tout ça", a réagi Ludovic Duguépéroux, marin sauveteur à bord de l’Aquarius, vendredi 13 juillet sur franceinfo.

On a effectué le devoir de tout marin qui est de porter assistanceLudovic Duguépéroux

78 des 603 migrants de l'Aquarius sont arrivés en France après leur long périple en Méditerranée. Ils vont pouvoir demander l'asile. Ludovic Duguépéroux ne veut pas s'exprimer sur le sujet : "Ce n'est pas notre domaine. Ce n'est pas notre sujet. Le sujet c'est le sauvetage en mer (...) Pour nous, ce n'est pas une question de pays et de chiffres, pour moi, c'est le souvenir d'êtres humains qui étaient en situation de naufrage, qui ont fui l'enfer (...) Pour moi, ce sont des visages, ce sont des humains qui étaient en situation de détresse à la mer", a-t-il expliqué.

L'Italie et l'île de Malte avaient refusé en juin d'accueillir l'Aquarius et les 630 migrants sauvés en mer. Après un périple d'une semaine, le navire a pu finalement accoster en Espagne. "Le problème, avec la fermeture des ports et la restriction de l'espace humanitaire sur place, c'est qu'on ne peut plus être témoin de tout cela", a-t-il regretté.

Des ONG bien aidées par les garde-côtes italiens

Ludovic Duguépéroux a tenu a salué le travail des garde-côtes italiens. "Les bateaux des ONG représentaient, en 2016, 26% des sauvetages effectués. En 2017, 41%, tous les autres sauvetages sont les garde-côtes italiens, des navires militaires à qui on tient vraiment à rendre hommage. Cela fait 20 ans qu'ils sauvent des vies", a expliqué le marin.

À ceux qui reprochent aux ONG de faire le jeu des passeurs et de créer un appel d'air, Ludovic Duguépéroux a répondu par des chiffres : "Le premier sauvetage de l'Aquarius date de février 2016 et l'Aquarius a depuis secouru 29 300 personnes. Sur la même période, les garde-côtes italiens ont secouru et débarqué en Italie 290 000 personnes. Il y a plus de départs en juin depuis qu'il n'y a plus d'ONG et donc plus de personnes décédées. C'est quelque chose de totalement faux", a-t-il affirmé.