Belgique : le groupe Etat islamique revendique l'attaque contre deux policières à Charleroi

Des policiers sécurisent le périmètre de l\'hôtel de police de Charleroi (Belgique), le 6 août 2016.
Des policiers sécurisent le périmètre de l'hôtel de police de Charleroi (Belgique), le 6 août 2016. (VIRGINIE LEFOUR / BELGA / AFP)

L'agresseur a été identifié comme un Algérien de 33 ans, connu pour des infractions de droit commun.

Le caractère terroriste de l'attaque ne fait plus de doute. Le groupe Etat islamique a revendiqué, dimanche 7 août, l'agression de deux policières, blessées à la machette, samedi à Charleroi (Belgique). L'agence de propagande de l'organisation jihadiste attribue l'attaque à "un soldat" de l'Etat islamique.

Cette revendication est intervenue près de 24 heures après les faits, alors que le parquet fédéral venait d'annoncer avoir identifié l'auteur de l'agression. Il s'agit de K. B., un Algérien de 33 ans, qui séjournait en Belgique depuis deux ans. Il était connu des services de police "pour des infractions de droit commun mais pas pour des faits de terrorisme", selon le parquet. Il a succombé à ses blessures, samedi, après avoir été touché par balles par une collègue des deux policières.

Des perquisitions à Charleroi

Le parquet fédéral belge ajoute que "deux perquisitions ont déjà été effectuées dans l'arrondissement de Charleroi".

En début de journée, dimanche, le Premier ministre belge, Charles Michel, avait annoncé l'ouverture d'une enquête pour "tentative d'assassinat terroriste". "Nous avons été informés par le parquet fédéral qu'une enquête a démarré immédiatement pour tentative d'assassinat terroriste (...) compte tenu d'un certain nombre d'éléments apparus immédiatement", avait-il indiqué devant la presse, faisant référence au fait que l'assaillant avait crié "Allah akbar".