Fusillade à Liège : le sang froid de la jeune femme prise en otage

France 3

Benjamin Herman est l’auteur de l’attentat de Liège (Belgique), qui a fait quatre morts, dont l’assaillant, mardi 29 mai. Il s’est retrouvé en face à face avec une femme à l’entrée d’un lycée qui a su réagir avec sang-froid.

Le face à face entre l’assaillant et l’employée du lycée a duré d’interminables minutes. Mardi 29 mai, vers 10 heures 30 à Liège (Belgique), Benjamin Herman vient de tuer trois personnes puis tranquillement, il entre dans un lycée. À l’accueil, une femme se retrouve nez à nez avec lui. "Il m'a regardée dans les yeux et il m'a dit : 'Je vais te poser deux questions. Il m'a dit ‘tu es musulmane ?’ Je lui ai dit ‘oui, je suis musulmane’. ‘Tu fais le ramadan ? 'Oui, je fais le ramadan.’ ‘Regarde-moi', il m'a dit. 'Je ne te ferai pas de mal'.

"Tu dois pleurer pour tes frères palestiniens"

À plusieurs reprises, elle tente de le raisonner, mais il perd son calme et tire un premier coup de feu en direction de la cour de récréation. "J'ai commencé à pleurer, à hurler. Il a dit 'non (...) si tu pleures tu dois pleurer pour tes sœurs ou pour tes frères palestiniens et les Syriens.'" Tout autour du lycée, les policiers ont pris position et ce sont bien eux la cible de Benjamin Herman. Il finit par sortir du lycée et la police l'abat. Le ministre de l'Intérieur belge a rendu hommage au comportement de l'employée du lycée qui a, selon lui, évité des victimes dans l'école.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne