Attaque à Liège : ce que l'on sait de Benjamin Herman, l'auteur de la fusillade

Benjamin Herman, l\'auteur de la fusillade de Liège (Belgique).
Benjamin Herman, l'auteur de la fusillade de Liège (Belgique). (DR)

Benjamin Herman, 31 ans, a été identifié par le parquet fédéral belge comme étant l'assaillant qui a tué trois personnes à Liège, mardi 30 mai, en criant "Allah Akbar !" Il est aussi soupçonné d'avoir tué un toxicomane, dans la nuit de lundi à mardi.

Benjamin Herman, un Belge de 31 ans, a été identifié comme le responsable de l'attaque de Liège (Belgique), qui a causé la mort de trois personnes, deux policières et un passant, mardi 29 mai. L'assaillant a été abattu par les forces de l'ordre. Voici ce que l'on sait de lui.

Détenu, il bénéficiait d'une permission de sortie 

Benjamin Herman, originaire de Rochefort, dans la province de Namur, est né en 1987. Il était actuellement incarcéré dans la prison de Marche-en-Famenne et avait été condamné pour vols avec violence, consommation de stupéfiants et rébellion. Il devait purger une peine jusqu'en 2020  pour des faits de délinquance et de trafic de drogue. 

Il s'agit d'un criminel violent, qui a été condamné lourdement pour des faits de violence et de trafic de drogue.Didier Reynders, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangèresà franceinfo

Au moment de la fusillade, il bénéficiait d'un congé pénitentiaire de deux jours, en vue de préparer sa réinsertion, a confirmé le ministre de la Justice, Koen Geens. Ce dispositif est octroyé, en Belgique, après une évaluation menée par un psychologue et un assistant social et avec un plan de réinsertion déterminé. Cette permission n'était pas la première : il avait déjà  bénéficié "d'une bonne dizaine de sorties d'une journée et c'est la quatorzième fois qu'il sortait pour deux jours avec quelques problèmes de retard parfois, mais jamais d'éléments de violence", a expliqué le vice-Premier ministre Didier Reynders sur franceinfo. L'homme devait regagner la prison mardi, dans la soirée. 

Est-ce que cet homme aurait dû être libéré dans le cadre d'un congé pénitentiaire ? C'est une question interpellante et ça mérite un examen de conscience de ma part.Koen Geens, ministre de la Justice belge

Il se serait radicalisé en prison

Selon la RTBF, son profil psychologique était considéré comme "instable". Le groupe audiovisuel belge évoque une jeunesse "difficile" : il n'avait plus de contacts avec sa famille, rapporte le média belge. 

Benjamin Herman était-il devenu un islamiste radical ? Selon une source proche du dossier citée par l'AFP, le tueur était fiché par la police pour avoir été en contact avec un détenu considéré comme tel, pendant un séjour à la prison de Lantin. "Il y a beaucoup de signaux dans ce sens-là", a confirmé Jan Jambon mercredi à Bel RTL. 

Il y a des signaux qu'il y a eu radicalisation dans la prison, mais est-ce que cette radicalisation a mené à ces actions ? Là aussi, on peut se poser beaucoup de questions, mais on doit attendre le résultat de l'enquête.Jan Jambon, ministre de l'Intérieur belgeà Bel RTL

Bruno, un codétenu de Benjamin Herman, rencontré à la prison de Marche-en-Famenne, raconte à la RTBF avoir constaté sa transformation. "J'avais vu qu'il s'était radicalisé, d'ailleurs il me disait qu'il était vraiment musulman", explique-t-il. Ce dernier assure que cette radicalisation n'était pas connue de tout le monde, notamment du personnel pénitentiaire. "Il ne le disait pas", explique-t-il, "même aux surveillants qui s'entendaient bien avec lui. Il ne le disait pas à tout le monde." Le témoin se dit choqué par les actes qu'on reproche à son ancien codétenu.

Le parquet a confirmé, mercredi matin, que Benjamin Herman était "en contact avec des personnes radicalisées". Ces informations sur ces liens, remontés par la police fédérale de Liège et de la Sûreté de l'Etat "datent de 2016 et début 2017 mais n'ont pas été confirmés depuis". Le modus operandi de l'assaillant, "auquel l'Etat islamique appelle régulièrement sur internet", ainsi que ses cris "Allah Akbar !"  ["Allah est grand !"] pendant l'attaque, qui ont été confirmés mercredi, ont poussé le parquet à qualifier les faits "d'assassinat terroriste et de tentative d'assassinat terroriste". 

Il est soupçonné d'un autre meurtre 

Benjamin Herman était dans "une fuite en avant" après avoir "commis un meurtre la nuit dernière", a déclaré à l'AFP une source proche de l'enquête. Le parquet fédéral de Belgique a confirmé l'existence de soupçons autour du meurtre d'un homme à On, dans la commune de Marche-en-Famenne. La victime de 30 ans, tuée dans la nuit de lundi a mardi probablement avec un marteau, serait un toxicomane. Il s'agissait d'un de ses amis, a confirmé Didier Reynders.

Dans la nuit, une bijouterie a également été cambriolée dans la commune de Rochefort. "Il a probablement participé à un braquage en province du Luxembourg", a ajouté le vice Premier ministre.