VIDEO. Ukraine : à Kiev, les anciens manifestants sont résignés

FRANCK GENAUZEAU, JEAN-FRANÇOIS MONNIER - FRANCE 2

Ils estiment que le référendum qui s'est tenu à 800 km de là est "illégitime" et "illégal" mais ressentent un sentiment d'impuissance.

Alors que la Crimée a décidé de rejoindre la Russie, à Kiev, la capitale ukrainienne, les voix s'élèvent contre Moscou, dimanche 16 mars. Les anciens manifestants de Maïdan estiment que le référendum qui s'est tenu à 800 km de là est "illégal et illégitime car il est réalisé sous les menaces des fusils".

"On sait qu'il faudra régler ce problème par la diplomatie"

Sur la place de l'Indépendance, épicentre de la révolte, plus d'une centaine de personnes se tiennent au garde-à-vous lorsque retentit l'hymne national - "La gloire et la liberté de l'Ukraine ne sont pas mortes, la fortune nous sourira encore" - et nombre d'entre elles joignent leurs voix à celles du chœur enregistré, reprenant les paroles qui semblent tout d'un coup écrites pour l'occasion.

En cas d'événements dramatiques, on diffuse l'hymne toutes les heures, explique Andriï Potapov, directeur artistique dans une agence de publicité venu avec son amie. "Nous sommes tous prêts à nous battre pour la Crimée", dit le jeune homme, dont plusieurs amis ont déjà reçu leur feuille de route. "On peut toujours sortir nos chars pour leur faire peur mais on sait qu'il faudra régler ce problème par la diplomatie", estime une femme : "Non à la guerre. Par pitié, surtout pas de guerre."

Vous êtes à nouveau en ligne