VIDEO. L'Est de l'Ukraine : la prochaine cible de la Russie ?

MARC DE CHALVRON ET CHRISTOPHE KENCK - FRANCE 2

Comme en Crimée, la région est agitée par des manifestations pro-Kremlin. Les russophones réclament le rattachement à la Russie et les autorités redoutent une intervention russe.

L'Est de l'Ukraine connaîtra-t-il le même destin que la Crimée ? Les autorités ukrainiennes le redoutent. Lundi 17 mars, le gouverneur de la région de Donestk a annoncé qu'une tranchée était creusée et des obstacles en béton étaient érigés, le long de la frontière orientale avec la Russie, pour se prémunir d'une éventuelle invasion militaire terrestre du puissant voisin.

Manifestations pro-Kremlin depuis la chute de Ianoukovitch

Car le président russe n'a pas caché ses intentions. Vladimir Poutine a déclaré qu'il se réservait le droit d'intervenir pour protéger si nécessaire les Russes de souche qui vivent dans l'Est de l'Ukraine. Selon le ministère ukrainien de la Défense, 60 000 soldats russes sont déjà massés à la frontière. 

Depuis la chute du président ukrainien Viktor Ianoukovitch le 22 février, la région, où vivent de nombreux russophones, est en outre agitée par des manifestations favorables à la politique du Kremlin. Dimanche, à Donetsk, environ 5 000 manifestants pro-russes ont brisé les portes et les fenêtres de bâtiments publics. A Kharkiv, ils ont envahi un centre culturel ukrainien et brûlé des ouvrages en ukrainien devant le bâtiment où deux manifestants ont été abattus vendredi. Le plébiscite en Crimée du rattachement à la Russie, lors du référendum de dimanche, pourrait leur donner des idées. 

Vous êtes à nouveau en ligne