Ukraine : 89% de "oui" pour l'indépendance de la région de Donetsk

Une femme vote lors du référendum sur l\'\"indépendance\" des \"républiques populaires\" autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, à Donetsk (Ukraine), le 11 mai 2014.
Une femme vote lors du référendum sur l'"indépendance" des "républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, à Donetsk (Ukraine), le 11 mai 2014. (GENYA SAVILOV / AFP)

Aucun résultat n'a encore été donné pour la région de Lougansk, elle aussi frontalière de la Russie.

L'issue du scrutin ne faisait guère de doute. Les organisateurs du référendum sur l'indépendance de la république populaire autoproclamée de Donetsk ont annoncé, dimanche 11 mai, la victoire du "oui". "89,07% ont voté pour et 10,19% contre, a déclaré Roman Liaguine, chef de la commission électorale mise en place par les rebelles. Cela peut être considéré comme le résultat définitif." Le taux de participation a atteint 74,87%, a-t-il précisé. Aucun résultat n'a encore été donné pour la région de Lougansk, elle aussi frontalière de la Russie.

Alors que François Hollande a dénoncé de "vraies-fausses" consultations, "nulles et non avenues" et que Berlin et Washington ont considéré ce scrutin comme illégal, francetv info revient sur les conditions chaotiques dans lesquelles ont voté les électeurs.

Des bureaux de vote bricolés

Il n'y avait pas de registres d'électeurs, pas de listes d'émargement, juste des listes tenues à la main. Dans certains cas, il n'y avait pas d'isoloirs, on cochait alors les cases à la vite, sur un coin de table. Et pour voter, il suffisat de présenter une pièce d'identité. Il était difficile, donc, de relever d'éventuelles fraudes, d'autant qu'aucun observateur étranger n'avait été invité.

Un envoyé spécial de BFMTV a rapporté des scènes étonnantes sur Twitter.

Des questions peu compréhensibles

Sur les bulletins, imprimés à la hâte par les rebelles, figurait la question, inscrite en ukrainien et en russe : "Approuvez-vous l'indépendance de la République populaire de Donetsk ?" ou "Approuvez-vous l'indépendance de la République populaire de Lougansk ?". Les électeurs interrogés n'étaient pas forcément d'accord sur le sens de la question posée, comme le montre ce reportage de France 2.

STEPHANIE PEREZ, VALERIE LUCAS ET BAPTISTE RIMBERT - FRANCE 2

Des bulletins facilement falsifiables

Les documents étaient imprimés en noir et blanc. Rien ne permettait d'identifier s'il s'agissait d'un original ou d'une copie.

"D'accord, ce n'est pas vraiment conforme à la loi, mais je pense que c'est le seul moyen" d'organiser le scrutin, a reconnu Roman Liaguine, président de la commission électorale mise sur pied à la hâte. "Pourquoi n'y a-t-il pas de protection spéciale pour les bulletins ? Parce que nous n'avons pas le budget", a-t-il ajouté.

Les organisateurs n'ont déboursé qu'un peu plus de 1 200 euros pour mettre en place le référendum. Cinq cents euros, soit 8 000 hryvnias, ont été investis dans l'encre des trois machines gracieusement prêtées pour imprimer les bulletins mis à disposition.

Vous êtes à nouveau en ligne