Ukraine : Petro Porochenko donné vainqueur de la présidentielle avec 55,9% des voix

Petro Porochenko, candidat à l\'élection présidentielle, en meeting à Tcherkassy (Ukraine), le 20 mai 2014.
Petro Porochenko, candidat à l'élection présidentielle, en meeting à Tcherkassy (Ukraine), le 20 mai 2014. (MYKOLA LAZARENKO / POROSHENKO PRESS-SERVICE / AFP)

Selon un sondage à la sortie des urnes, il devancerait largement Ioulia Timochenko, égérie de la Révolution orange et ex-Première ministre créditée de 12,9% des voix.

Si son score est officiellement confirmé, il sera élu dès le premier tour. Le milliardaire pro-européen Petro Porochenko, 48 ans, est donné vainqueur de la présidentielle en Ukraine avec près de 56% des voix, selon un sondage réalisé à la sortie des bureaux de vote dimanche 25 mai.

Le candidat a aussitôt proclamé sa victoire. Petro Porochenko s'est dit en faveur d'élections législatives anticipées dès cette année. "Mon premier voyage sera dans le Donbass", région séparatiste, a-t-il déclaré, soulignant que sa priorité était de "mettre fin à la guerre et ramener la paix en Ukraine". Un peu plus tôt dans la journée, il avait affirmé que la Crimée "a été, est et restera ukrainienne"

13% des bureaux ouverts dans l'Est séparatiste

Petro Porochenko devancerait largement Ioulia Timochenko, égérie de la Révolution orange et ex-Première ministre créditée de 12,9% des voix, selon ce sondage mené par un consortium de trois instituts de sondage ukrainiens et publié au moment de la clôture des bureaux de vote. "Ces résultats provisoires montrent que la page Timochenko est tournée", analyse le correspondant de France 2 en Russie, Alban Mikoczy

Dans l'Est séparatiste, où les insurgés avaient prévenu qu'ils feraient tout pour empêcher le déroulement du scrutin, seuls 13% des bureaux ont ouvert

Le parcours politique de Petro Porochenko, surnommé le "roi du chocolat" en raison de sa fortune acquise dans cette industrie, est sinueux. Il a contribué à la fondation du Parti des régions de l'ex-président pro-russe Viktor Ianoukovitch, destitué en février : il fut même un temps son ministre de l'Economie. Mais il a aussi participé, en 2004, à la Révolution orange menée par l'opposant de Viktor Ianoukovitch, Viktor Ioutchenko, dont il a été le ministre des Affaires étrangères.

Vous êtes à nouveau en ligne