Poutine rappelle les troupes russes massées à la frontière ukrainienne

Des soldats russes en exercice dans la région de Volgograd (Russie), près de la frontière ukrainienne, le 3 avril 2014.
Des soldats russes en exercice dans la région de Volgograd (Russie), près de la frontière ukrainienne, le 3 avril 2014. (ANDREY KRONBERG / AFP)

En contrepartie, le Kremlin demande aux autorités de Kiev de mettre fin à leur opération "antiterroriste" lancée contre les insurgés prorusses dans l'est de l'Ukraine.

Le Kremlin avait mobilisé jusqu'à 40 000 hommes, selon les Occidentaux. Le président russe, Vladimir Poutine, a ordonné, lundi 19 mai, le retrait des troupes qui effectuaient des manœuvres près de la frontière ukrainienne. Et Moscou a appelé Kiev à retirer "immédiatement" les siennes de l'est de l'Ukraine.

Prétextant des manœuvres, la Russie avait déployé ses soldats en mars, suscitant la crainte d'une invasion de l'Ukraine. Le Kremlin assure que les "exercices" sont désormais terminés.

Moscou réclame la fin de l'opération "antiterroriste" de Kiev

En contrepartie, "la Russie appelle à mettre fin immédiatement à l'opération répressive et aux violences [en Ukraine], ainsi qu'au retrait des troupes et au règlement de tous les problèmes existants par des moyens exclusivement pacifiques", a déclaré le Kremlin.

Moscou fait référence à l'opération "antiterroriste" lancée à la mi-avril par l'armée ukrainienne contre les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine. Selon l'ONU, près de 130 personnes – soldats, séparatistes et civils – ont été tuées au cours de cette opération.

Le retrait des troupes russes reste à confirmer

L'Otan n'a toutefois relevé aucun mouvement suggérant un tel retrait des forces russes. "Nous n'avons pas constaté de mouvements accréditant cette annonce", a réagi un officier de l'Alliance sous le sceau de l'anonymat.

Le département américain de la Défense a fait le même constat, précisant n'avoir enregistré "aucune indication d'un quelconque mouvement", a déclaré le contre-amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone.

Vous êtes à nouveau en ligne