L'Ukraine élit son président, peu de bureaux de vote ouverts dans l'Est

Des barricades sont érigées à Kiev (Ukraine), le 21 mai 2014.
Des barricades sont érigées à Kiev (Ukraine), le 21 mai 2014. (MIKHAIL VOSKRESENSKIY / AFP)

A Donetsk, les rues sont vides et rien ne laisse penser qu'une élection présidentielle se tient dans le pays. Il en est de même dans de nombreuses villes de l'Est.

La crise politique se prolonge avant même les résultats du scrutin. Les Ukrainiens ont commencé à voter, dimanche 25 mai, pour élire un nouveau président. Plus de 36 millions d'électeurs sont appelés aux urnes, de la nationaliste Lviv à l'ancienne capitale Kharkiv et à la perle de la mer Noire Odessa, ainsi qu'à Kiev. Mais dans l'Est séparatiste, où les insurgés ont prévenu qu'ils feraient tout pour empêcher le déroulement du scrutin, il y a peu de signes de bureaux de vote ouverts.

Dans le bastion rebelle de Donetsk, les rues sont vides et les bureaux de vote habituellement utilisés pour les scrutins sont restés portes closes. "L'Ukraine est maintenant un autre pays, donc je ne vois pas pourquoi nous devrions prendre part à cette élection", témoigne Elisabeta, une habitante. Dans la ville de Dobropillia, à l'ouest de Donetsk, un journaliste de l'AFP a vu un seul bureau de vote ouvert. Les électeurs qui souhaiteraient exprimer leur voie sont dissuadés de le faire. A Mariinka, les bureaux de la commission électorale ont ainsi été saccagés à la veille du scrutin.

Combats quotidiens à Sloviansk

Jusqu'à la veille du scrutin, le gouvernement provisoire né sur les barricades du Maïdan, théâtre du mouvement de contestation qui a chassé du pouvoir le président prorusse Viktor Ianoukovitch fin février, s'est mobilisé pour convaincre les Ukrainiens de l'importance de donner un président "légitime" au pays. Le Premier ministre, Arseni Iatseniouk, a ainsi appelé les électeurs à se rendre massivement aux urnes pour "défendre l'Ukraine". "Ce sera l'expression de la volonté des Ukrainiens de l'Ouest, de l'Est, du Nord et du Sud", a-t-il souligné.

La fin de la campagne a toutefois été marquée par la recrudescence de combats sur le "front de l'est", dans la région de Donetsk où 26 personnes, en majorité des soldats ukrainiens, ont péri dans des combats entre séparatistes et forces loyales à KievLa ville de Sloviansk, bastion des insurgés armés prorussesconnait des combats quotidiens.

Un chef d'entreprise élu président ?

Le milliardaire pro-occidental Petro Porochenko est le grand favori du scrutin avec plus de 44% des intentions de vote, après une campagne sans éclat où il a assuré le service minimum. Le milliardaire, qui s'engage à gérer l'Ukraine comme il gère sa très prospère entreprise de fabrication de chocolats Roshen, n'est pas assuré d'être élu au premier tour et devra peut-être patienter jusqu'à un hypothétique second tour le 15 juin.

Une femme prépare un isoloir à Kiev (Ukraine), pour l\'élection présidentielle, le 25 mai 2014.
Une femme prépare un isoloir à Kiev (Ukraine), pour l'élection présidentielle, le 25 mai 2014. (ANATOLII STEPANOV / AFP)

Ses principaux rivaux, l'égérie de la révolution pro-occidentale en 2004 Ioulia Timochenko, qui prône un référendum sur une adhésion à l'Otan, et le prorusse Serguiï Tiguipko, qui promet une normalisation des relations économiques avec la Russie, rêvent d'un second tour où les cartes seraient rebattues.

Vous êtes à nouveau en ligne