L'Ukraine dénonce l'entrée de chars venus de Russie dans l'Est séparatiste

Un milicien prorusse dans la région séparatiste de Louhansk, dans l\'est de l\'Ukraine, le 5 novembre 2014.
Un milicien prorusse dans la région séparatiste de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine, le 5 novembre 2014. (VALERIY MELNIKOV / RIA NOVOSTI / AFP)

Cinq soldats ont été tués et 31 - seize militaires et quinze civils - blessés en 24 heures dans la région, selon les autorités. Il s'agit d'un des bilans les plus lourds depuis le cessez-le-feu du 5 septembre.

Après des élections séparatistes contestées, la situation continue de se détériorer dans l'est de l'Ukraine, aux mains des pro-Russes. Kiev dénonce, vendredi 7 novembre, l'entrée depuis la Russie de dizaines de chars, de pièces d'artillerie et de troupes dans l'Est rebelle.

Cinq soldats ont été tués et 31 - seize militaires et quinze civils - blessés en 24 heures dans la région, selon les autorités. Il s'agit-là d'un des bilans les plus lourds depuis le cessez-le-feu du 5 septembre. Des tirs se poursuivaient vendredi matin à Donetsk, principal bastion rebelle, mais avec beaucoup moins d'intensité que la veille, peut-être à cause de l'épais brouillard qui recouvre toute la ville, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Nouvelles mesures de Kiev pour isoler les zones rebelles

La trêve a été mise à mal par les élections qui se sont tenues dimanche dans les régions rebelles. Ce scrutin, reconnu de facto par Moscou, a poussé Kiev à prendre des mesures supplémentaires pour isoler un peu plus les zones séparatistes.

Le gouvernement a ainsi imposé le contrôle des passeports autour de l'Est pro-russe, après avoir annoncé la suppression des versements d'allocations, surtout des retraites, aux habitants s'ils ne déménageaient pas dans les territoires contrôlés par Kiev.