Kiev n'interviendra pas militairement en cas de rattachement de la Crimée à la Russie

Un homme passe devant une affiche représentant le territoire de la Crimée aux couleurs de la Russie, à Sébastopol (Ukraine), le 11 mars 2014.
Un homme passe devant une affiche représentant le territoire de la Crimée aux couleurs de la Russie, à Sébastopol (Ukraine), le 11 mars 2014. (VIKTOR DRACHEV / AFP)

Le président ukrainien accorde une interview à l'AFP, à quelques jours d'un référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie.

Le pouvoir par intérim veut calmer le jeu. L'Ukraine n'interviendra pas militairement pour empêcher le rattachement de la Crimée à la Russie car elle a choisi de protéger sa frontière est, selon le président ukrainien par intérim, Olexandre Tourtchinov, qui s'est exprimé mardi 11 mars. "Nous ne pouvons pas nous engager dans une opération militaire en Crimée, ainsi nous dénuderions la frontière est et l'Ukraine ne serait pas protégée, les militaires russes comptent là-dessus", a-t-il dit dans une interview à l'AFP.

Le président ukrainien regrette par ailleurs que les Russes refusent tout contact avec Kiev pour trouver une solution diplomatique à la crise autour de la péninsule séparatiste ukrainienne de la Crimée, occupée par les forces russes. "Malheureusement, pour l'instant, la Russie renonce à une solution diplomatique au conflit. (…) Les Russes renoncent à tout contact au niveau des ministères des Affaires étrangères et des dirigeants", bien que la communauté internationale "demande à la Russie d'ouvrir des négociations de paix". 

Le référendum promu par Moscou, qui se tiendra dimanche 16 mars, demande aux votants de choisir entre le rattachement de la Crimée à la Russie et une plus large autonomie au sein de l'Ukraine. Il a été dénoncé par le gouvernement de Kiev et par l'Occident, notamment la chancelière allemande Angela Merkel, comme "illégal"

Vous êtes à nouveau en ligne