Un nationaliste radical blesse trois personnes lors d'une fusillade à Kiev

Des membres du groupe nationaliste radical ukrainein Pravy Sektor, le 3 février 2014 à Kiev (Ukraine).
Des membres du groupe nationaliste radical ukrainein Pravy Sektor, le 3 février 2014 à Kiev (Ukraine). (DARKO BANDIC / AP / SIPA)

Ce membre du groupe radical nationaliste ukrainien Pravy Sektor s'est ensuite retranché dans un hôtel avec d'autres activistes, avant d'être arrêté.

Une fusillade, provoquée par un membre du groupe radical nationaliste ukrainien "Pravy Sektor" ("Secteur droit"), en première ligne de la contestation pro-européenne, a fait trois blessés, lundi 31 mars au soir, dans le centre de Kiev. Des membres du groupe paramilitaire se sont ensuite retranchés avec l'auteur des coups de feu dans un hôtel qui a été cerné par les forces de l'ordre. La police a obtenu la reddition du tireur au bout d'une heure.

Les faits se sont déroulés devant le restaurant Mafia, à une centaine de mètres de la place de l'Indépendance, épicentre de la contestation toujours protégé par des barricades et gardé par des forces d'autodéfense appartenant à ce groupe paramilitaire. "Selon les comptes-rendus des témoins, un certain Orest de Pravy Sektor a ouvert le feu. Trois personnes sont blessées, deux grièvement", a indiqué le ministre de l'Intérieur par intérim, Arsen Avakov, sur sa page Facebook.

Un des blessés est un membre de "Pravy Sektor"

"Parmi les blessés, on compte deux combattants de la force d'autodéfense de Maïdan et le vice-président de l'administration de la ville de Kiev, Bogdan Doubass", a-t-il ajouté. Il a précisé ensuite que l'auteur, un homme de 33 ans, était ivre au moment de la fusillade et que le blessé grave était aussi un membre de Pravy Sektor.

Ce groupe nationaliste, dont le leader Dmytro Iaroch est candidat à la présidentielle, s'est déjà trouvé au centre d'une polémique après la mort, le 25 mars, d'Olexandre Mouzitchko, dit "Sachko Bilyï" ("Sachko le Blanc"), chef du mouvement en Ukraine occidentale, lors d'une fusillade avec des policiers qui venaient l'arrêter dans la ville de Rivne. Il était recherché pour appartenance à la criminalité organisée. Depuis, le mouvement réclame la démission du ministre de l'Intérieur.

Vous êtes à nouveau en ligne